2 min de lecture Justice

Les infos de 6h - Jonathann Daval : "Il ne faut pas qu'il me parle d'amour", lâche la mère d'Alexia

Jonathann Daval est jugé à partir de ce lundi 16 novembre devant la cour d’assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia, en octobre 2017.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 6h - Jonathann Daval : "Il ne faut pas qu'il me parle d'amour", lâche la mère d'Alexia Crédit Image : SEBASTIEN BOZON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Dimitri Rahmelow édité par Venantia Petillault

Trois ans après le meurtre d'Alexia, Jonathann Daval sera devant la cours d'assises de Haute-Saône ce lundi 16 novembre. Le corps de cette femme de 29 ans a été retrouvé en partie calciné le 30 octobre 2017. Après des mois de médiatisation, coup de tonnerre, son mari Jonathann fini par avouer le meurtre au cours d'une garde à vue. La mère d'Alexia, Isabelle Fouillot, s'est confiée à quelques heures du début du procès.

"Je n'en peux plus d'attendre. En trois ans, plus les jours passent plus Alexia me manque. On est en attente de savoir ce qu'il est encore capable de raconter comme mensonge, moi j'attends juste qu'on mette le mot 'coupable' sur sa tête. Bien sûr je l'ai connu pendant plus de dix ans, il ne faudra pas qu'il me parle d'amour. Est-ce que je vais croire un traître mot de ce qu'il va dire ? Il a trop changé de versions. J'ai envie d'y être et de lui parler. J'ai encore trop de choses à lui montrer", lâche-t-elle au micro de RTL.


Jonathann Daval encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Il soutient toujours qu'il ne voulait pas tuer sa femme et que le couple rencontrait des difficultés.

À écouter également dans ce journal

Coronavirus - Alors que la France approche des 2 millions de cas positifs depuis le début de l'épidémie, le pays a enregistré une baisse des hospitalisations dimanche 15 novembre avec 302 personnes décédées et 270 patients ont été admis en réanimation.

À lire aussi
l'heure du crime
Manuela Gonzalez : veuve noire ou victime du mauvais sort ?

Fait divers - 300 personnes se sont rassemblées sous le pont d'une autoroute en région parisienne à l'occasion d'une fête clandestine.

Confinement - "En résistance" face au confinement et à la fermeture des commerces dits non essentiels par l'État, une libraire de Cannes garde sa boutique ouverte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Jonathann Daval Le journal
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants