2 min de lecture Meurtres

Les infos de 18h - Pau : responsable d'un centre d'accueil de réfugiés tué, ce que l'on sait

L'homme de 46 ans a été tué de plusieurs coups de couteau vendredi 19 février par un demandeur d'asile d'origine soudanaise.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le journal RTL de 18h du 19 février 2021 Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Denis Granjou édité par Florine Boukhelifa

"Je ne voudrais surtout pas qu'en ce jour de deuil, nous mélangions tout", a déclaré le ministre de l'Intérieur. Gérald Darmanin s'est rendu vendredi 19 février à Pau, après un drame survenu dans un centre d'accueil pour réfugiés. Le responsable de la structure, un père de famille de 46 ans, a été tué à coups de couteau au sein même des locaux.

L'agresseur, un homme de 39 ans, s'est présenté vendredi matin dans les locaux du centre d'accueil vers 11 heures. Il avait demandé un rendez-vous avec le directeur, ce dernier l'a alors reçu dans son bureau. Quelques secondes plus tard, les employés de la structure ont entendu des cris. Après avoir appelé la police, ils ont découvert le drame : le directeur gisait au sol.

Selon les premiers éléments de l'enquête, il aurait été touché par sept coups de couteau dont un au cou. Malgré les soins prodigués sur place très rapidement par les services de secours, l'homme de 46 ans n'a pas survécu à ses blessures.

Son agresseur a été interpellé sur place et placé en garde à vue au commissariat de Pau. D'origine soudanaise, il avait été condamné à deux reprises en 2017 pour des faits de violence dans la région. Certains témoins évoquent des troubles psychiatriques chez cet homme dont la dernière demande d'asile venait d'être refusée. Gérald Darmanin et François Bayrou sont actuellement sur place pour soutenir les salariés très choqués.

À lire aussi
Pyrénées-Atlantiques
Directeur d'un centre d'accueil pour réfugiés poignardé à Pau : ce que l’on sait du suspect

Le ministre de l'Intérieur a expliqué que l'homme était arrivé en France en 2015, et s'était vu alors refuser son statut de réfugié par l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Cependant, a ajouté le ministre, il avait été autorisé par la justice administrative à rester en France, une autorisation qui avait pris fin avec sa condamnation à de la prison "pour rixe à l'arme blanche". L'agresseur présumé n'avait cependant pas répondu à deux convocations, dont une fois fin 2020, pour se faire signifier son expulsion et "c'est parce qu'il devait quitter le territoire national (...) sans doute qu'il est venu ici", a déclaré M. Darmanin devant le centre d'accueil. 

À écouter également dans ce journal

Coronavirus - Emmanuel Macron a déclaré se donner huit à dix jours pour relâcher ou non les contraintes liées à l'épidémie. Tout dépendra de l'évolution des variants du virus.

Famille royale - Buckingham Palace a annoncé vendredi 19 février que Megan et Harry perdaient tous leurs titres officiels.

Sports - Le Français Mathieu Faivre est devenu vendredi champion du monde de slalom géant lors des Championnats du monde de ski alpin de Cortina d'Ampezzo, en Italie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Meurtres Immigration Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants