2 min de lecture Justice

Les infos de 12h30 - Meurtre d'Aurélie Châtelain : Sid Ahmed Ghlam continue de nier

Sid-Ahmed Ghlam, accusé d'avoir assassiné Aurélie Châtelain en 2015 sur un parking à Villejuif, continue de nier en bloc.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
LRTL Midi du 16 octobre 2020 Crédit Image : Benoit PEYRUCQ / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Anne Le Henaff
Anne Le Henaff et Christelle Rebière

C'est un moment douloureux pour les proches d'Aurélie Châtelain, cette mère de famille  abattue à Villejuif, sur un parking pour lui voler sa voiture. Devant la Cour d'assises spéciale de Paris, Sid Ahmed Ghlam continue de nier face à ses proches, en larmes.

Il les a regardé se succéder à la barre, le père, la mère, la belle-sœur d'Aurélie Châtelain, raconter leur douleur, le manque, l'injustice. L'ex-compagnon d'Aurélie a parlé de leur fille, Juliette, 10 ans et demi. "Elle n'a plus que mes câlins, quand elle veut faire un câlin à sa mère c'est au cimetière, c'est du granite, c'est froid, c'est insupportable, je n'accepte pas, je ne pardonne pas", lance-t-il. 

Dans le box, Sid Ahmed Ghlam le fixe, le regard sombre et ne bronche pas. Arrive un moment sidérant, lorsque la présidente de la Cour demande à l'accusé son sentiment sur ces témoignages. Il se lève et déclare : "C'est très courageux de votre part, j'ai beaucoup d'empathie pour vous, je m'associe à votre douleur". Il affirme depuis le début que c'est un autre homme qui a tiré sur Aurélie Châtelain, un homme qui sera plus tard identifié comme l'un des terroristes du Bataclan. 

À écouter également dans ce journal

Financement libyen - Nicolas Sarkozy a été mis en examen ce vendredi 16 octobre pour "association de malfaiteurs". Une mise en examen qui vient s'ajouter aux trois autres à l'encontre de l'ancien président de la République dans cette affaire. 

À lire aussi
Symbole de la justice (illustration) justice
Pau : prison avec sursis pour deux policiers coupables de violences sur mineur

Couvre-feu - Une dernière danse, un dernier verre, Paris, sa région et huit autres métropoles s'apprêtent à vivre une dernière soirée de liberté avant l'entrée en vigueur des couvre-feux, à partir de vendredi minuit.

Politique Jean Castex a répondu à sa ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui demandait un assouplissement du couvre-feu pour les salles de spectacle et cinémas. "Il faut que les règles soient les mêmes pour tout le monde", a tranché le Premier ministre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Procès Le journal
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants