3 min de lecture Marseille

Le journal de 12h30 : le commando armé à Marseille aurait agi pour gagner des territoires

Une dizaine d'hommes ont tiré en l'air lundi 21 mai après-midi à Marseille. Il s'agirait très certainement d'une opération d'intimidation dans le cadre d'une lutte de territoires entre bandes rivales sur fond de trafic de stupéfiants.

Le quartier de la Busserine à Marseille, octobre 2016
Le quartier de la Busserine à Marseille, octobre 2016 Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
Christelle Rebière
Christelle Rebière Journaliste RTL

Un commando, armé de Kalachnikov qui débarque dans un quartier en plein après-midi et qui tire en l'air, en toute décontraction. La scène, qui a eu lieu lundi 21 mai dans les quartiers nord de Marseille, à la cité de la Busserine, était digne d'une attaque terroriste Des policiers de la BAC ont réussi à mettre en fuite ces hommes vêtus de noir et cagoulés qui les ont quand même mis en joue. Une scène terrifiante.. L'une des explications, d'après nos informations RTL, serait une dette qui n'a pas été honorée..

Selon nos informations, il s'agirait très certainement d'une opération d'intimidation dans le cadre d'une lutte de territoire entre bandes rivales sur fond de trafic de stupéfiants. En tout cas le mode opératoire le laisse penser. La dizaine d'hommes en combinaison noire, cagoulés et armés pour certains de pistolets mitrailleurs ont investi vers 17h le cœur de la cité. 

Ils sont descendus calmement de leurs trois voitures et ont commencé à tirer en l'air. Pas de mort à déplorer mais un seul blessé qui aurait reçu un coup de crosse. Par ailleurs, on parle dans la cité de l'enlèvement d'un enfant de 14 ans mais pour l'instant cette information n'est pas confirmée par les enquêteurs.  

À écouter également dans ce journal :

À lire aussi
Des trottinettes électriques (illustration) pollution
VIDÉO - Marseille : comment jeter des trottinettes électriques est devenu un jeu

- BANLIEUES : Une scène de violence heureusement rarissime mais qui est aussi une façon d'illustrer l'urgence pour les banlieues. Emmanuel Macron doit dire, dans les minutes qui viennent, ce qu'il garde des propositions de Jean-Louis Borloo pour améliorer la vie dans ces quartiers. Mais pas de catalogue de mesures ni de de milliards d'euros distribués. Une fois de plus, le maître mot à l'Elysée, c'est "efficacité".

- MANIFESTATIONS : Les neuf syndicats des fonctionnaires se mobilisent contre l'exécutif ce mardi, troisième journée du genre depuis le début du quinquennat Macron. Grève et défilés pour dénoncer le gel du point d'indice, le recours de plus en plus fréquent à des contractuels ou encore la promesse du chef de l'État de supprimer 120.000 postes de fonctionnaires.

- GREVE SNCF : Du côté ferroviaire, la grève démarre à 20h et les cheminots finissent de voter sur la réforme du gouvernement. Les sénateurs, eux, entament aujourd'hui l'examen du texte. Matignon dira vendredi aux syndicats dans quelle mesure l'État va reprendre la dette de SNCF Réseau.

- ÉDUCATION : L'avenir commence aujourd'hui pour les candidats au bac qui se sont inscrits sur la plate forme Parcoursup. La moitié des futurs bacheliers et des étudiants en réorientation recevront dès 18 heures une réponse positive à leurs vœux. C'est ce qu'a promis ce matin Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'éducation nationale sur RTL. 

- FOOTBALL : Les deux dirigeants de Corse, les nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni dénoncent une hystérie anti-corse, après la rencontre entre Ajaccio et Le Havre. Un match émaillé d'incidents avec insultes racistes, échauffourées entre joueurs, envahissement du terrain et au bout, une victoire d'Ajaccio. La Ligue Nationale de Football tient en ce moment une réunion d'urgence sur ce fameux match.

- CULTURE : Il avait vingt ans et ce mardi, Charles Aznavour souffle ses 94 bougies. Il va toutefois devoir attendre pour reprendre sa tournée mondiale. Il s'est cassé le bras il y a dix jours et il devra garder une attelle plus longtemps que prévu. Monsieur Aznavour est en arrêt de travail jusqu'au 30 juin où il reprendra ses activités à Londres au Royal Albert Hall.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Faits divers Armes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793488158
Le journal de 12h30 : le commando armé à Marseille aurait agi pour gagner des territoires
Le journal de 12h30 : le commando armé à Marseille aurait agi pour gagner des territoires
Une dizaine d'hommes ont tiré en l'air lundi 21 mai après-midi à Marseille. Il s'agirait très certainement d'une opération d'intimidation dans le cadre d'une lutte de territoires entre bandes rivales sur fond de trafic de stupéfiants.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/le-journal-de-12h30-le-commando-arme-a-marseille-aurait-agi-pour-gagner-des-territoires-7793488158
2018-05-23 07:42:28
https://cdn-media.rtl.fr/cache/MPk3tjEDqfkvtm-WaMuqaA/330v220-2/online/image/2018/0522/7793488172_le-quartier-de-la-busserine-a-marseille-octobre-2016.jpg