1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. L'affaire du Bois Bleu : comment l'enquête s'est transformée en un acharnement policier ?
2 min de lecture

L'affaire du Bois Bleu : comment l'enquête s'est transformée en un acharnement policier ?

En direct du Salon International de l'Agriculture porte de Versailles à Paris, "L'heure du Crime" revient sur l'affaire du Bois Bleu. Un crime et une enquête, point de départ d'un véritable acharnement policier contre une innocente.

Monique Case et son mari dans leur boutique
Monique Case et son mari dans leur boutique
Crédit : Droits réservés
L'INTÉGRALE - L'affaire du Bois Bleu, récit d'un acharnement policier
00:40:42
L'ENQUÊTE - L'affaire du Bois Bleu, récit d'un acharnement policier
00:13:55
Jean-Alphonse Richard & Marie Bossard

Le mardi 2 novembre 1965, aux alentours de 22h00, Mme Segrétin, épouse de Georges Segrétin, employé à la Société Générale à Bourges, téléphone au directeur de la banque. Elle est très inquiète. Son mari n'est pas rentré. Il était parti à la Guerche-sur-l'Aubois, une commune rurale entre Bourges et Nevers, pour y ouvrir l'agence et collecter les dépôts d'artisans et agriculteurs. 

Quarante-huit heures après la disparition, deux bûcherons tombent sur une voiture en partie brûlée. Le chauffeur, recroquevillé au volant, est totalement calciné. La victime sera identifiée comme étant le banquier Georges Segrétin. Les gendarmes excluent le suicide, aucun bidon d'essence n'est retrouvé près du corps. 

La sacoche contenant l'argent de l'agence a disparu. L'autopsie indique que la victime a reçu des coups sur le crâne, et a été frappée à mort avant d'être aspergée d'hydrocarbures et brûlée. 

Une enquête à charge et un acharnement policier

Après dix jours d'enquête, un nom revient aux oreilles du commissaire en charge du dossier : celui de Monique Case, 26 ans. Elle tient avec son mari, René, un magasin de photo. Les habitants voisins la décrivent comme une femme délurée qui serait une voleuse de maris. Des bruits indiquent ainsi que Monique Case aurait pu séduire le banquier Georges Segrétin, jusqu'à l'attirer dans un traquenard pour le dépouiller. La boutique photo des Case connaîtrait d'ailleurs des difficultés de trésorerie.
 

Interrogée le 2 novembre dans l'après-midi, Monique Case dit être allée à Bourges avec un ami, Jules Barrault, un gendarme. Coïncidence, Barrault a participé aux constatations autour de la 2CV calcinée, la voiture de Georges Segrétin. Interrogé à son tour, le gendarme, désireux de cacher son escapade avec Monique Case, finit par avouer sa présence avec elle. 

À lire aussi

Les investigations sont dès lors concentrées sur ce duo et les enquêteurs vont s'acharner sur ces derniers, qui font office de coupables idéals. Mais les enquêteurs font fausse route. Monique Case est innocente, mais passera pourtant 43 jours en prison. Ces 43 jours "vont influer sur le reste entier de sa vie", explique Manuel Jacquinet, co-auteur du livre L’Affaire du Bois Bleu, les innocents de La Guerche, au micro de L'heure du Crime. "Lorsqu'elle sort de prison, on continue à mal la regarder" poursuit Jean-Alphonse Richard.

Nos invités

- Manuel Jacquinet, éditeur et co-auteur du livre "L’Affaire du Bois Bleu, les innocents de La Guerche" avec Gérard Boursier
- Elisabeth Case, fille de Monique Case

L'équipe de l'émission vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.