1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Canada : l'ancien juge Jacques Delisle a-t-il assassiné son épouse ?
3 min de lecture

Canada : l'ancien juge Jacques Delisle a-t-il assassiné son épouse ?

Magistrat respecté de la Cour d'appel de Québec, Jacques Delisle est accusé d'avoir tué son épouse à l'automne 2009. Condamné en 2012, il vient d'être libéré en raison de négligence grave dans le dossier.

Drapeau du Québec
Drapeau du Québec
Crédit : AFP
L'INTÉGRALE - L'affaire Jacques Delisle, un juge assassin ?
00:41:18
L'ENQUÊTE - L'affaire Jacques Deslile, un juge assassin ?
00:15:19
Thibaud Chaboche & Alexis Kergus & Jean-Alphonse Richard

Jacques Delisle est un homme libre ! Condamné à la perpétuité en 2012 pour le meurtre de son épouse trois ans plus tôt, l'ancien juge a finalement été libéré le 8 avril dernier. En cause, un arrêt des procédures en raison de la négligence grave d'un expert du ministère public lors de l'autopsie de sa femme

Dans la tourmente depuis ce matin du 12 novembre 2009, Jacques Delisle ne cesse d'affirmer que sa femme s'est en réalité suicidée. À 10h31, le 12 novembre, le 911, le numéro d'urgence de la police de Québec, réceptionne un appel depuis un appartement situé près des eaux du Saint-Laurent. Un homme explique que sa femme s'est "enlevée la vie". L'interlocuteur, qui ne parvient pas à se souvenir alors de l'âge de son épouse, dit s'appeler Jacques Delisle, magistrat honoraire. ll y a quelques mois, il officiait encore à la Cour d'appel de Québec...

Le policier Jean-François Bégin est le premier à être accueilli par Jacques Delisle dans le hall de l'immeuble. L'ancien juge, 74 ans au moment des faits, explique tout de suite que son épouse, Nicole Rainville, 71 ans, s'est tirée une balle dans la tête. Elle s'est suicidée, car elle ne supportait plus la dégradation de son état physique. Elle était paralysée du côté droit à la suite d'un accident vasculaire cérébral

Des doutes sur la version donnée par le mari

Dans l'appartement, Nicole Rainville est étendue sur le sofa. Elle porte une blessure de trois centimètres à la tempe gauche. À proximité, se trouve une arme de poche. Il y a encore une balle à l'intérieur, mais le chargeur est extrait. Interrogé, le juge Delisle explique que cette arme, lui a été offerte il y a des années et était toujours chargée. Il reconnaît avoir manipulé le pistolet après avoir découvert sa femme inerte. Il a ôté le chargeur pour éviter, dit-il, un accident. 

À écouter aussi

Mais la version donnée par le mari sème le doute du côté des enquêteurs. Le pistolet, examiné de près, ne porte aucune éclaboussure ou gouttelette de sang comme ce devrait être le cas dans ce genre de suicide. On ne peut pas non plus détecter la moindre empreinte, ce qui laisse à penser que l'arme a été essuyée. Mais pourquoi ?

La police de Québec se pose bien des questions. Les officiers pensent davantage à une scène de crime. Pour eux, le lourd handicap de la victime, droitière de naissance, ne lui aurait pas permis de se tirer une balle dans la tête. Ils sont également intrigués par la présence de suie et de grains de poudre dans sa paume gauche. Nicole Rainville ne pouvait pas, en pressant la détente d'une telle arme, être ainsi tachée. 

Une maîtresse depuis deux ans

L'attitude de Jacques Delisle, qui a touché le pistolet et qui a aussi demandé aux secours de ne pas chercher à ranimer son épouse (c'était la volonté de Nicole, affirme-t-il), reste suspicieuse. Placé sous filature, il est surpris plusieurs fois en compagnie d'une femme, sa maîtresse depuis deux ans. Pour les enquêteurs, le mobile du meurtre parfait est établi. 

"On a le trio magique : un juge qui n'est pas une personne très aimée, présenté comme quelqu'un d'arrogant et pas très agréable. On a une maîtresse qui apparaît comme un mobile et on a une victime, dans un état de faiblesse, qui attire extrêmement la sympathie. C'est ce contexte qui va accabler le juge Delisle, explique Stéphane Bertomet, ancien policier, au micro de L'Heure du crime.

On va se reporter derrière sur le travail d'experts
pour dire "voilà comment ça s'est passé. Mais on fait porter à ses experts une responsabilité extrêmement lourde alors qu'on sait qu'il y a une marge d'erreur", poursuit-il. Alors, le juge est-il un assassin ? 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/