1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. INFO RTL - 10 suspects présentés à un juge après le naufrage dans la Manche qui avait fait 27 morts en novembre
3 min de lecture

INFO RTL - 10 suspects présentés à un juge après le naufrage dans la Manche qui avait fait 27 morts en novembre

Info RTL Le naufrage avait fait 27 victimes le 24 novembre 2021 dont un enfant, un adolescent et une femme enceinte. Une vaste opération de police a été déclenchée lundi 27 juin.

Un bateau de la Société Nationale de Sauvetage en Mer transportant des corps de migrants au port de Calais
Un bateau de la Société Nationale de Sauvetage en Mer transportant des corps de migrants au port de Calais
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
INFO RTL - 10 suspects présentés à un juge après le naufrage dans la Manche qui avait fait 27 morts en novembre
00:01:15
Thomas Prouteau

Sept mois après le dramatique naufrage d’une embarcation de migrants dans la Manche le 24 novembre dernier, les enquêteurs de l’Ocriest, l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière, ont reconstitué une partie du réseau accusé d’avoir organisé le voyage sans retour de 27 migrants originaires d’Irak, d’Afghanistan et d’Ethiopie

Dans la nuit du dimanche 26 au lundi 27 juin, d’après les informations de RTL confirmées de une source judiciaire, quinze personnes (13 hommes et 2 femmes) âgés de 18 à 41 ans ont été interpellées par les policiers de l'Ocriest et de la Brigade mobile de recherche de la Police de l'air et des frontières, principalement dans le Nord et en région parisienne. Tous étaient soupçonnés d’être impliqués à différents niveaux dans le recrutement, le convoyage, l’hébergement, et finalement l’embarquement sur un canot pneumatique à Loon-Plage près de Grande Synthe (Nord) des familles qui étaient désireuses de rallier le Royaume-Uni à tout prix. 

À l'issue des gardes à vue, une personne a été mise en examen dès lundi soir, 9 autres doivent être présentées dans la journée de ce jeudi 30 juin à un juge d'instruction parisien, 5 autres ont été libérées sans poursuites à ce stade.

Partis un peu avant minuit des côtes françaises, les migrants avaient alerté dès le milieu de la nuit leurs familles et, selon plusieurs médias dont RTL, les numéros de secours français et britanniques que leur embarcation prenait dangereusement l’eau. Ce n’est que vers 14 heures pourtant qu’un pêcheur avait découvert les corps sans vie qui flottaient à la surface de l’eau. 

Au moins deux Français interpellés

À lire aussi

D’après les informations de RTL, les interpellés sont en majorité des ressortissants afghans mais il y avait également au moins trois Français soupçonnés d'avoir participé à une partie des convoyages sur le territoire français. Les ressortissants français, un homme et deux femmes, font partie des suspects remis en liberté. 

La vaste enquête menée depuis novembre est ouverte pour "homicides involontaires, blessures involontaires, mise en danger d’autrui, aide à l’entrée et au séjour d’un étranger en France en bande organisée". Elle a été confiée à des juges d’instruction de la juridiction nationale chargée de la lutte contre la criminalité organisée, basée à Paris. On saura donc d’ici ce jeudi soir combien de passeurs présumés ont pu être effectivement directement reliés au naufrage.

Pendant sept mois, la trentaine d'enquêteurs spécialisés de l'Ocriest et de la BMR ont patiemment et discrètement reconstitué l’organigramme du réseau criminel qui a organisé la traversée mortelle. Une tâche éminemment complexe en raison du départ vers l’Afghanistan dès les premiers jours après le naufrage de certains suspects. En raison aussi de la diversité des acteurs, hébergeurs transporteurs intermédiaires parfois clandestins sur le territoire français et coutumiers de la dissimulation. Téléphonie, planques, sonorisation ou encore auditions de témoins ont permis d’identifier la quinzaine de suspects placés en garde à vue. Selon une source policière ils font partie d'une filière qui était toujours active jusqu'à la semaine dernière avec des "mises à l'eau récentes" pour rallier le Royuame-Uni. 

Le naufrage avait été qualifié de "pire accident" par la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord depuis l’augmentation très importante des traversées migratoires consécutives au verrouillage total de l’Eurotunnel.

L’enquête des juges parisiens porte aussi sur les raisons pour lesquelles l’embarcation n’a pas pu être secourue malgré les appels aux secours rapportés par les familles des victimes. Cette enquête, confiée à la gendarmerie maritime, est toujours en cours.

Les traversées de la Manche sur des embarcations de fortune se sont multipliées ces dernières années et sont à l'origine de très nombreuses tragédies. 86 migrants ont été secourus dans la seule journée de mercredi d'après la préfecture maritime.    

En 2021, ces tentatives de traversée, le plus souvent sur des bateaux pneumatiques au départ du littoral nord entre Calais et Dunkerque, ont atteint un record, avec 52.000 personnes l'ayant tentée et 28.000 migrants l'ayant réussie, selon les données de la Place Beauvau communiquées en janvier.  

Selon la préfecture maritime, 38 migrants sont morts en 2021 en tentant le voyage, dont 27 au cours du seul naufrage de novembre. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/