3 min de lecture Notre-Dame de Paris

Incendie à Notre-Dame de Paris : la classe politique exprime sa tristesse

Un important incendie est en cours dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. La toiture est dévorée par les flammes, la flèche de la cathédrale s'est écroulée. La classe politique est unanime pour exprimer son émotion devant ce triste spectacle.

Un important incendie est en train de ravager la cathédrale Notre-Dame de Paris. Des flammes dévorent la toiture de l'édifice, le 15 avril 2019
Un important incendie est en train de ravager la cathédrale Notre-Dame de Paris. Des flammes dévorent la toiture de l'édifice, le 15 avril 2019 Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Un monument national en feu. La classe politique a fait part lundi 15 avril de sa tristesse, après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ce soir, les responsables politiques français de tous bords font part de leur émotion. 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire se dit "totalement bouleversé par l'incendie de Notre-Dame-de-Paris". "Notre histoire millénaire, notre mémoire, notre culture touchées au cœur", ajoute-t-il. 

"Les images de Notre-Dame de Paris en flammes brisent le cœur... C'est notre patrimoine culturel et historique à tous qui brûle devant nous. Courage et soutien aux Pompiers de Paris pour faire face à ce terrible incendie", a réagi la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa sur Twitter. Pour le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, qui a fait part de son "immense tristesse", c'est "le cœur et l'histoire de Paris (qui) brûlent sous nos yeux".

"Ce n'est pas seulement un monument, c'est NOTRE Dame"

"Elle se tient là depuis des centaines d'années, à veiller sur des générations de Français qui se succèdent à ses pieds. Ce n'est pas seulement un monument, c'est NOTRE Dame. Ce soir on a tous le cœur serré", a tweeté la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

À lire aussi
Cathédrale Notre-Dame de Paris Incendie à Notre-Dame
Les infos de 12h30 - Notre-Dame : 38 personnes licenciées après l'incendie

La maire de Paris Anne Hidalgo dit ne pas avoir "de mot assez fort pour exprimer la douleur" qu'elle ressent. "Ce soir, tous les Parisiens et Français pleurent cet emblème de notre Histoire commune. De notre devise, nous tirerons la force de nous relever. Fluctuat nec mergitur."

Les chefs de parti ont réagi à l'unisson. "Immense émotion devant ces images du feu dévorant Notre-Dame. Soutien aux pompiers mobilisés. Pensée pour les fidèles et pour tous ceux qui n'ayant pas la foi sont attachés à ce joyau de notre histoire", a tweeté Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste.

A droite, le patron de LR Laurent Wauquiez a dit sa "désolation en voyant partir en fumée ce symbole de nos racines chrétiennes, de la littérature de Victor Hugo. C'est toute une part de notre Histoire, de nous-mêmes, qui brûle ce soir".

Chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon s'est dit "sidéré" devant un "immense malheur". "(Emmanuel) Macron ferait mieux de se taire ce soir. L'incendie de Notre-Dame de Paris poignarde l'esprit de tous. 24h de pause politique serait bienvenue", a-t-il enjoint au moment même où l'Elysée annonçait la décision du président de la République de reporter son allocution et de se rendre sur place.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a manifesté son "soutien" aux "pompiers valeureux qui luttent pour éteindre l'incendie qui ravage cette merveille de notre patrimoine et de notre culture".

Secrétaire national d'EELV, David Cormand a relevé des "images terribles" et espéré "qu'il n'y (ait) pas de victimes et que ce qui pourra être sauvé le sera", faisant part de ses "pensées pour les pompiers et les secours".

Pour Benjamin Griveaux, candidat à l'investiture En Marche pour briguer la mairie de Paris, "les images de ce joyau de notre civilisation en proie aux flammes sont insoutenables". "Soutien total aux Pompiers de Paris et aux membres de la Préfecture de police", a-t-il tweeté.

"Il faut que Notre-Dame de Paris vive"

Sur RTL, Bertrand Delanoë s'est dit "dévasté" par le sinistre. "Je le ressens comme un violent coup au cœur parce que c'est le cœur de Paris", poursuit l'ancien maire de Paris. 

"C'est un lieu d'art, de beauté et de culture qui à travers les siècles s'est installé dans le cœur de l'humanité (...) Au-delà du malheur, je crois que toute cette émotion, toute cette solidarité doit nous donner une détermination farouche. Il faut que Notre-Dame de Paris vive.

"Cette émotion, cette tristesse nous rassemble. Il faut que nous rassemble aussi la volonté de construire autour de cette épreuve la renaissance de Notre-Dame de Paris et savoir que sans culture, sans arts, sans beauté, il n'y a pas de civilisation", a-t-il ajouté, interrogé par Marc-Olivier Fogiel. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Notre-Dame de Paris Incendie Cathédrale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants