1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Haute-Savoie : un médecin mis en examen pour "assassinats"
2 min de lecture

Haute-Savoie : un médecin mis en examen pour "assassinats"

Selon le parquet d'Annecy, un médecin spécialisé dans les soins palliatifs a été mis en examen en décembre 2020 pour "assassinats".

Une photo prise le 19 septembre 2017 au palais de justice de Rennes montre une statue de la déesse de la justice équilibrant les balances.
Une photo prise le 19 septembre 2017 au palais de justice de Rennes montre une statue de la déesse de la justice équilibrant les balances.
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Camille Guesdon & AFP

Un médecin de 64 ans a été mis en examen en décembre 2020 pour "assassinats" et placé sous contrôle judiciaire. L'information, provenant ce jeudi du parquet d'Annecy, confirme une information de l'hebdomadaire Le Faucigny. Selon le média, ce médecin généraliste spécialisé dans les soins palliatifs, et qui exerçait depuis 2019 dans une clinique de Haute-Savoie, serait soupçonné d'avoir euthanasié plusieurs patients "âgés de 85 à 90 ans".

Le médecin avait été recruté pour un CDD en 2019 dans le cadre d'un remplacement au sein de la nouvelle unité de soins palliatifs de la clinique des Deux-Lys, située au nord-est d'Annecy. Selon Me Jean-Marc Dufour, l'avocat de la clinique, qui a déposé une demande de constitution de partie civile "dans ce dossier, nous avons affaire à un médecin qui aurait abrégé la vie d'au moins huit personnes".

 Véronique Denizot, la procureure de la République d'Annecy a ajouté "qu'une instruction, pour laquelle deux juges ont été saisis, se poursuit pour tenter de déterminer si le docteur D. doit être renvoyé devant les assises ou une autre juridiction".

La clinique des Deux-Lys confrontée à une surmortalité en 2019

En janvier 2020, une information judiciaire, confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Chambéry, avait été ouverte par le parquet d'Annecy pour "meurtres". Confronté à une "surmortalité" en 2019, avec 26 décès, la direction de la clinique avait saisi la commission médicale de l'établissement et mené une enquête en interne.

À lire aussi

Licencié par la clinique le 8 janvier 2020, le médecin a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention. Mais il a été remis en liberté par la chambre de l'instruction et placé sous contrôle judiciaire début janvier après avoir fait appel. Selon le journal Le Faucigny, ce médecin avait déjà été condamné en 2017 à 18 mois de prison avec sursis et deux ans d'interdiction d'exercice médical pour avoir agressé sexuellement l'une de ses patientes lorsqu'il exerçait à Romans-sur-Isère (Drôme).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/