1 min de lecture Vidéo

Loi sur l'euthanasie : Éric Dupond-Moretti veut aller plus loin

INVITÉ RTL - Le ministre de la Justice a indiqué qu'il reviendrait sur le sujet de l'euthanasie "le moment venu". "Je suis très touché et très sensible à cette question", a-t-il confié.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury d'Éric Dupond-Moretti Crédit Image : Nicolas Kovarik / Agence 1827 pour RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Marie-Pierre Haddad

Le Parlement portugais a adopté, vendredi 12 février, à une large majorité une loi autorisant "la mort médicalement assistée" qui fera de ce pays catholique le quatrième en Europe, après le Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg), à légaliser l'euthanasie, quand elle entrera en vigueur. 

Le moment venu, le médecin du patient devra s'assurer une dernière fois de sa volonté de mettre fin à ses jours, en présence de témoins. La mort assistée pourra être pratiquée dans des établissements du service national de santé, ou tout autre lieu "choisi par le patient" dès lors qu'il disposera "des conditions cliniques et de confort adéquates", précise la loi. 

Lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI dimanche 14 février, Benjamin Matelly, co-responsable des jeunes de l'ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité) a interpellé Éric Dupond-Moretti à ce sujet.

Je souhaite pouvoir avancer sur ces questions

Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice
Partager la citation

"Je voudrais vous livrer cette confidence un peu intime. J'ai vu des proches qui ne sont pas morts dans la dignité. Je suis très touché et très sensible à cette question et je voudrais y revenir le moment venu", a expliqué le ministre de la Justice. 

À lire aussi
euthanasie
Fin de vie : "Il y a des arguments que je ne comprends pas", déplore la fille d'Anne Bert

Le garde des Sceaux a insisté sur le fait qu'il y "réfléchit beaucoup". "Le calendrier législatif est contraint, on ne peut pas tout faire, on n'est pas seul (...) Il y a ce que pense l'homme, ce que le ministre pourra dire et un certain nombre d'arbitrage politique". "Je souhaite pouvoir avancer sur ces questions", a-t-il par ailleurs répété.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Gouvernement Fin de vie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants