1 min de lecture Gilets jaunes

"Gilets Jaunes" : à Angers, l'homme qui prétendait avoir des explosifs s'est rendu

L'homme prétendait détenir des explosifs et exigeait d'être reçu à l'Élysée par Emmanuel Macron. Il s'est rendu peu après 22h30.

>
Angers : un "gilet jaune" détient des explosifs Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze et Leia Hoarau

L'opération du Raid est terminée à Angers où un homme avec un gilet jaune a menacé toute la soirée de faire exploser une grenade. Le forcené s'est rendu un peu après 22h30 après cinq longues heures de négociation. L'homme était retranché dans le centre commercial de l'Espace d'Anjou, dans le centre-ville d'Angers (Maine-et-Loire). Il affirmait être en possession de grenades. Les forces de l'ordre ont été déployées sur place.

L'homme retranché, âgé d'une cinquantaine d'années, demandait que les "gilets jaunes" soient reçus à l'Élysée. L'homme "parle d'explosifs" et détient "des sacs", expliquait la police, qui a identifié l'auteur. "Il est tout seul et a dans les mains un objet qui ressemble à une grenade lacrymogène. Le directeur départemental de la sécurité publique négocie avec lui", a déclaré le procureur de la République d'Angers Yves Gambert. Il est connu des forces de police pour des affaires de trafic de stupéfiants. 

Le périmètre est sécurisé, et le RAID et une équipe de déminage ont été envoyés sur les lieux. L'alerte a été donnée à 16h45. "Les forces de l'ordre, immédiatement prévenues, se sont rendues sur place et ont activé un périmètre de sécurité. Toutes les personnes présentes ont pu être écartées et sont hors de la menace de l'individu", a précisé la préfecture du Maine-et-Loire dans un communiqué.

À lire aussi
Des violences ont éclaté lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le 16 mars 2019 Gilets jaunes
"Gilets jaunes" : 11 personnes devant le juge après le saccage d'une boutique Swarovski

Les "gilets jaunes" se désolidarisent

Cette protestation intervient à la veille de la manifestation parisienne du samedi 24 novembre. La manifestation s'annonce difficile à sécuriser : 3.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour l'encadrer. Seul le site du Champs-de-Mars a été autorisé par les autorités, mais les manifestants pourraient choisir d'aller manifester près de l'Assemblée, du Sénat ou sur les Champs-Élysées.

Ces derniers se sont désolidarisés du forcené, selon la préfecture, qui évoque des "revendications floues". Deux sorties de l'autoroute A87, à proximité du centre commercial, resteront fermées jusqu'à la levée du dispositif.

>
Angers : le forcené s'est rendu Crédit Image : RTL | Crédit Média : M6 | Date :
Lire la suite
Gilets jaunes Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795684592
"Gilets Jaunes" : à Angers, l'homme qui prétendait avoir des explosifs s'est rendu
"Gilets Jaunes" : à Angers, l'homme qui prétendait avoir des explosifs s'est rendu
L'homme prétendait détenir des explosifs et exigeait d'être reçu à l'Élysée par Emmanuel Macron. Il s'est rendu peu après 22h30.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/gilets-jaunes-a-angers-un-homme-pretend-avoir-des-explosifs-les-forces-de-l-ordre-sur-place-7795684592
2018-11-23 18:02:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rPeofqCV3fwLcnHAP_y_ow/330v220-2/online/image/2018/1123/7795684787_l-espace-commercial-d-anjou-a-angers-maine-et-loire.jpg