1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Fréjus : des policiers blessés et des voitures brûlées après une nuit de violences urbaines
2 min de lecture

Fréjus : des policiers blessés et des voitures brûlées après une nuit de violences urbaines

Les habitants du quartier de la Gabelle à Fréjus ont été témoins d'une nouvelle nuit de violences dans la nuit de samedi à dimanche. Les policiers n'ont procédé à aucune interpellation.

Des policiers à Sarcelles le 3 février 2021. (illustration)
Des policiers à Sarcelles le 3 février 2021. (illustration)
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze
Journaliste

De nouvelles violences urbaines ont éclaté dans la nuit du samedi au dimanche 9 mai, dans le quartier de la Gabelle à Fréjus, en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les forces de l'ordre intervenant sur place ont essuyé plusieurs tirs de projectiles et de mortiers d'artifice.

Aux alentours de 00h30, les policiers sont appelés par des riverains concernant un groupe d’une cinquantaine de jeunes qui brisent des vitrines de commerces dans le quartier de la Gabelle. Trois équipages de police se rendent alors sur place mais, visés par des projectiles et des tirs de mortier, ils sont rapidement dépassés, "du fait d'un effectif trop peu important, comme dans de nombreuses villes de France", déplore le maire de Fréjus, David Rachline. Ils se voient contraints d'appeler des renforts. Des agents de Toulon, Draguignan, Marseille et de la police municipale arrivent alors.

Les violences prennent fin vers 4h00, les dégâts matériels sont lourds : trois véhicules incendiés, dont un de la police municipale, deux commerces incendiés, une quinzaine de vitrines de commerces brisées et des transformateurs électriques dégradés. De plus, trois policiers ont été légèrement blessés, toutefois cela n’a nécessité aucune hospitalisation ni consultation médicale immédiate. Les forces de l'ordre n'ont procédé à aucune interpellation au cours de la nuit. 

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a jugé ces violences "inacceptables", avant de promettre l'arrivée de 70 hommes en renfort aux policiers pour ce dimanche soir. 
 
Cette mesure ne sera peut-être pas suffisante pour convaincre le maire de Fréjus, "partout dans le pays, du point de vue sécurité, c'est le chaos. Sans mesure forte de la part de l'État, dans le domaine de la police et dans le domaine de la justice, la situation continuera évidemment à se dégrader", confie David Rachline.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/