4 min de lecture Niger

Français tués au Niger : qui sont les huit victimes de l'attaque ?

Le 9 août dans le sud-ouest du Niger, près de Niamey, huit personnes étaient tuées par des hommes armés à moto lors d'une excursion touristique. Il s'agit de six humanitaires français de l'ONG Acted, de leur chauffeur et d'un guide touristique, tous deux nigériens. On vous en dit plus sur les victimes de cette attaque.

La voiture des personnes tuées le 9 août au Niger
La voiture des personnes tuées le 9 août au Niger Crédit : BOUREIMA HAMA / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

Charline, Myriam, Nadifa, Stella, Antonin, Léo, Kadri, Boubacar... Mettre des noms sur un drame pour se souvenir des victimes. Le dimanche 9 août, six humanitaires français de l'ONG Acted, leur chauffeur et un guide touristique, tous deux nigériens, ont été tués par des hommes armés lors d’une excursion touristique dans un parc à 60 km au sud-est de Niamey.


Les victimes françaises étaient des humanitaires de l'ONG Acted, quatre femmes et deux hommes âgés de 25 et 35 ans. Leur guide et leur chauffeur nigériens étaient quant à eux tous deux âgés de 50 ans. L'attaque, dénoncée comme "terroriste" par Niamey et Paris, est la première ayant visé des Français dans ce secteur. 

Alors que la question de l'âge des humanitaires envoyés sur place, certains pouvant être très jeunes, a fait l'objet de critiques, Frédéric de Saint-Sernin, le directeur général d'Acted, a précisé sur RTL que "les individus que l'on envoie sur place sont donc chevronnés, quel que soit leur âge". Il assure ne pas "envoyer les gens au casse-pipe". On vous détaille qui étaient les huit victimes de cette attaque.

Charline Fouchet, 30 ans

"Nous ne l'oublierons pas. Nous adressons nos sincères condoléances à son oncle, sa famille, ses amis et ses proches." Le premier hommage public à Charline, 30 ans, a été rendu dès ce lundi 10 août par l'université d'Aix-Marseille. C'est au sein de cet établissement que la jeune femme, originaire de Normandie, avait obtenu un doctorat en sciences de gestion, en 2016. 

À lire aussi
La voiture des personnes tuées le 9 août au Niger terrorisme
Français assassinés au Niger : l'État islamique revendique l'attaque

Son ancien directeur de thèse Claude Rochet, cité par 76actu.fr, lui a rendu hommage sur les réseaux sociaux. Il a évoqué "une jeune femme de caractère, dont sa famille était fière, engagée dans ses recherches en économie du développement, joignant le travail académique au travail sur le terrain". Avant d’être embauchée par Acted au Niger, en mai dernier, elle avait été en poste pendant deux ans à l’ambassade de France au Nigeria.

Benoît Hamon a également rendu hommage à celle qui s'était engagée à ses côtés lors de la présidentielle de 2017. "Ses convictions l'avaient amenée à poursuivre son engagement dans l'action humanitaire au Niger. Elle a été assassinée par des terroristes sans foi ni loi. Mes pensées sincères vont aux siens", a-t-il écrit sur Twitter.

Nadifa

Nadifa aussi venait de rejoindre les rangs de l'organisation humanitaire Acted. Selon Le Parisien, cette trentenaire était détentrice de plusieurs masters de droit et de gestion. La jeune femme préparait aussi une thèse sur le commerce des armes. En début de carrière, elle avait travaillé chez AXA et Veolia. 

C'est en 2015 qu'elle prend un tournant dans sa carrière et rejoint le ministère des Armées, d'abord au sein des services financiers, puis dans le cadre d'une mission militaire en République centrafricaine. Elle avait suivi une formation fin 2019 à Bioforce, un organisme spécialisé dans la préparation du personnel humanitaire pour des missions à l'étranger. Lors de la crise de la Covid-19, elle avait aidé l'Armée du salut avant de s'envoler pour le Niger courant juin. "Ça lui ressemble bien d'aller voir des girafes. Elle adorait les animaux et la nature", confie l'un de ses amis au Parisien.

Stella, 28 ans

Selon Ouest-France, Stella était originaire de Montpellier et avait suivi la formation Bioforce.  Elle s'était orientée vers l’humanitaire après des études de marketing. La première mission dans l’humanitaire de la jeune femme avait été réalisée pour l’ONG Oxfam, en République centrafricaine. Comme beaucoup des victimes, elle venait de rejoindre l’ONG Acted.

Myriam

Myriam travaillait depuis déjà deux ans pour l’ONG Acted après avoir fait des études à Toulouse, sa ville d'origine, et Paris. Elle était diplômée de l’université Dauphine, en Affaires internationales et en Peace studies, une formation sur la construction des processus de paix et la compréhension des conflits. Après avoir travaillé à Paris, elle avait ensuite voyagé à Tunis et au Tchad pour des missions au sein de l'ONG Acted.

Antonin, 26 ans

Antonin était originaire de Bretagne. Selon l'Express, après un master en Économie à l'École nationale supérieure Paris-Saclay à Cachan, dans le Val-de-Marne, il était devenu assistant de recherche dans un centre rattaché à l'École nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae). Avant de partir pour le Niger, il avait déjà fait une mission pour Acted au Mali, en tant que responsable financier. 

Léo, 25 ans

Il était le benjamin de l'équipe. Léo venait tout juste d’être diplômé d’une école de commerce à Rennes. Il était le seul d'Acted à avoir un contrat de "volontaire", un statut entre le bénévole et le salarié. Il occupait des fonctions de "chargé logistique" pour l'ONG à Niamey depuis avril, après avoir été stagiaire au siège de l’ONG à Paris pendant quatre mois.

Kadri Abdou Gamatche, 50 ans

L'homme âgé de 50 ans était de nationalité nigérienne. Il était le guide de l’excursion et le président de l'Association des guides de girafes de Kouré. C'est sur Facebook que l'association a annoncé son décès. "Nous sommes affligés et avons une pensée pour les victimes et leur famille à qui nous présentons nos plus sincères condoléances et tout particulièrement à la famille de Kadri, notre ami. Paix à son âme". 

Boubacar Garba Soulay, 50 ans

Boubacar était le chauffeur du 4x4 de l’excursion touristique près de Kouré, une zone réputée pour abriter les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'Ouest. Nigérien, il était père de quatre enfants, et devait en accueillir un cinquième très prochainement avec son épouse, selon Le Parisien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Niger Attentat Meurtres
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants