2 min de lecture Justice

Essonne : une mère jugée pour avoir tué son bébé issu d'un adultère

VU DANS LA PRESSE - Une femme de trente ans est accusée d'avoir tué son bébé issu d'un adultère. La mère craignait la réaction de son compagnon.

Un bébé (illustration).
Un bébé (illustration). Crédit : DIDIER PALLAGES / AFP
micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

À 30 ans, Leisami est accusée d'avoir tué son bébé en juin 2017, après avoir accouché seule, chez elle, à Viry-Châtillon, dans l'Essonne. Originaire du Cap-Vert, en Afrique du Sud, Leisami raconte dans un premier temps avoir eu une forte envie d'uriner. Elle aurait alors poussé, la poche d’eaux se brisant, et le nouveau-né serait tombé dans la cuvette.

Apeurée, Leisami a appelé sa cousine Mylène à l'aide. Celle-ci a découvert l'enfant "en boule dans la cuvette, avec le placenta encore sur lui", comme le rapporte le Parisien. Arrivés sur place, les pompiers ne sont pas parvenus à réanimer le nouveau-né.

En décembre 2017, Leisami est revenue sur sa version des faits et a avoué à son compagnon avoir étouffé le bébé. Les policiers sont intervenus au domicile du couple pour violences conjugales. Au même moment, Leisami a déclaré à un policier avoir tué son enfant. Elle aurait "appliqué son pouce et son index à la base des narines", raconte-il au tribunal, avant de mettre le bébé dans la cuvette des toilettes.

Après un adultère, la pilule abortive a échoué

L'enfant est issu d'un adultère. Quelques semaines avant d'arriver en France, Leisami avait eu une aventure avec un homme. Elle aurait ensuite pris une pilule abortive de manière illégale au Cap-Vert.

À lire aussi
Le Department of Justice (DOJ), à Washington. complot
États-Unis : non, le scientifique américain arrêté n'a pas créé le Covid-19

Quelques semaines plus tard, en France, Leisami réalise qu'elle est encore enceinte. La femme est certaine que l'avortement a fonctionné, elle se convainc que ce bébé est aussi celui de son compagnon. Pourtant, la date d'accouchement est prévue en juin et non pas en août. Son mari, ayant un penchant pour l'adultère, ne tolérerait pas un écart de la part de sa femme. Elle craint sa réaction, celui-ci l'aurait déjà frappé. Leisami craint la réaction de son compagnon, la peur d'être rejetée ou de devoir rentrer au Cap-Vert.

Ce jeudi 13 février, la trentenaire et son compagnon seront entendus par la cour. "Jusqu'à ce jour, je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça", a déclaré Leisami, la voix sanglotante.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Essonne Bébé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants