2 min de lecture Justice

Essonne : 22 ans de prison pour avoir tué son ex-compagne d'une balle dans la tête

Un homme a écopé de 22 ans de prison après avoir tué son ex-compagne, qu'il harcelait depuis des années, mardi 17 juin à Evry.

Tribunal de grande instance d'Evry
Tribunal de grande instance d'Evry Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Il avait tué d'une balle dans la tête son ex-compagne, qu'il espionnait et harcelait depuis des années, alors qu'elle l'avait quitté pour un autre. Un homme a été condamné lundi à 22 ans de prison par la cour d'assises de l'Essonne. 

Dans ses réquisitions lundi 17 juin, l'avocate générale a rappelé le "contexte de harcèlement perpétuel" qu'a fait vivre Didier Santerre à sa compagne et mère de ses deux enfants: piratage de ses réseaux sociaux et mails, surveillance de ses sorties, micros cachés dans les doublures de ses manteaux ou de son sac à main, géolocalisation, vérification du kilométrage de sa voiture....

Jusqu'à ce qu'Angélique rencontre un autre homme en 2016, et qu'elle quitte Didier Santerre. Il se met alors à les suivre, les menace de mort, souvent via leurs enfants, 17 et 10 ans. À ses amies, "Angélique dit qu'il lui fait peur, qu'elle pense que son compagnon est capable de la tuer", rappelle l'avocate générale.

Un rendez-vous fatal

Quelques semaines plus tard, Didier Santerre se rend à l'appartement de son ex-compagne pour "discuter" de la garde des enfants, expliquera-t-il. "Il se trouve qu'il s'y rend avec deux armes de poing", avait précisé le président au début du procès.

À lire aussi
Cholet, dans le Maine-et-Loire justice
Maine-et-Loire : 20 ans de prison pour avoir tué sa compagne avec une ceinture de peignoir

Il frappe à la porte, pointe un pistolet sur le nouveau compagnon de son ex-compagne, qui lui a "gâché 22 ans de (sa) vie" lui dit-il. Il appuie sur la détente à plusieurs reprises - en visant "la gorge, le ventre, la tête", répète l'avocate générale -, sans que le coup ne parte.

En quittant l'immeuble, il tombe sur son ex-compagne qui rentre dans le parking. Il la suit, et "terrorisée", dit l'avocate générale, elle se réfugie dans sa voiture. Il brise la vitre avec son arme et lui tire une balle dans la tête. "Le coup est parti accidentellement", soutiendra-t-il.

Le collectif "Féminicides par compagnons ou ex" en recense 64 depuis le début de l'année. Selon les dernières données du gouvernement, près de 220.000 femmes ont subi des violences conjugales en 2017 et 130 sont mortes tuées par leur conjoint ou ex-compagnon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants