2 min de lecture Sécurité

Enlèvement de Mia : qui sont les survivalistes ?

Les trois individus interpellés en lien avec la disparition de la fillette de huit ans étaient fichés par les services de renseignement en raison de leur appartenance à cette mouvance.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Bertrand Vidal, sociologue à l'université Paul-Valéry de Montpellier était l'invité de RTL Crédit Image : Didier Sement / Biosphoto / Biosphoto via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Victor
Victor Goury-Laffont et Christelle Rebière

On les retrouve, par dizaines de milliers, dans des groupes Facebook, à suivre des chaînes Youtube. Leur objectif : se partager des astuces pour se nourrir en toute autonomie, se défendre face à de potentiels de menaces ... En somme, trouver des solutions pour survivre en toute circonstance et se préparer à d'éventuelles crises, voire un effondrement total, dans le futur plus ou moins proche.

Quel est l'objectif final ? "Le fait de pouvoir survivre en toute situation", expliquait Éléonore Luna, animatrice de stages de survie, au micro de RTL en 2019, "c'est un concept qui est sorti il y a plus de 30 ans, et qui a progressivement migré". Elle détaillait par ailleurs que ce mouvement, lancé autour d'un imaginaire post-apocalyptique aux État-Unis, s'était orienté davantage vers une notion de vie en autonomie en France.

"Le survivalisme va consister à se préparer à tout type de situation catastrophe", présente cependant guide-survivalisme.fr, un des nombreux sites qui portent cette mouvance en France. En pratique, il est notamment évoqué de chercher des solutions pour pouvoir "vivre sans électricité, sans centres commerciaux, sans hôpitaux, et ainsi de suite".

"La doctrine est née aux États-Unis en anticipant un réchauffement de la guerre froide", précise Bertrand Vidal, sociologue à l'université Paul-Valéry (Montpellier). "Quand le mouvement est arrivé en Europe, il s'est coloré d'autres peurs : la possibilité d'une catastrophe écologique, économique, et, avec la pandémie  de virus qui mettraient fin à nos modèles de société".

À lire aussi
sectes
Dérives sectaires : qui est Thierry Casasnovas, youtubeur suivi par les autorités ?

Plusieurs "tendances" se distinguent au sein de la mouvance, précise le sociologue. Pour certains survivalistes, l'autonomie passe par l'apprentissage de techniques "ancestrales" de survie, comme le fait de savoir faire du feu ou se nourrir. Pour d'autres cela implique aussi une formation au combat et au maniement des armes.

Identifiés dans la lutte contre les dérives sectaires

En ce début d'année 2021, le mouvement se retrouve dans l'oeil du cyclone. Dans un premier temps, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, l'avait évoqué en présentant un rapport sur les nouvelles dérives sectaires : “Il y a 500 nouveaux petits groupes sectaires qui se sont créés notamment à la faveur de thèses complotantes (…) on peut citer par exemple, les crudivoristes, les survivalistes ou d’autres sectes de cette nature-là".

Les trois hommes qui ont participé à l'enlèvement de Mia, une fillette de huit ans kidnappée le 13 avril, étaient fichés par la Direction générale de la sécurité intérieure notamment pour leur appartenance à ce mouvement. Ces derniers ont été sollicités via internet par la mère de l'enfant, qui n'avait pas le droit de la voir seule.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité Alerte enlèvement Faits divers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants