2 min de lecture Vosges

Enlèvement de Mia : ce que l'on sait sur les 4 suspects interpellés

Âgés de 23 à 60 ans, les quatre hommes seront présentés au juge dimanche. La mère et sa fille n'ont toujours pas été retrouvées.

Alerte enlèvement déclenchée pour Mia, 8 ans.
Alerte enlèvement déclenchée pour Mia, 8 ans. Crédit : Capture d'écran Twitter @justice_gouv
Thomas Prouteau et Louis Chahuneau

Les quatre hommes entendus dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement de Mia, 8 ans, dont les trois ravisseurs présumés, doivent être présentés à un juge d'instruction dimanche 18 avril, "en vue de leur mise en examen", a déclaré le parquet. 

Appréhendés mercredi et jeudi, ces quatre hommes ont vu leur garde à vue prolongée deux fois de 24h, à la demande du procureur de Nancy, M. François Pérain. Âgés de 23 à 60 ans et sans antécédent judiciaire, les quatre hommes ont été arrêtés à Paris, en Seine-et-Marne, aux Lilas (Seine-Saint-Denis) et en Meurthe-et-Moselle. Ils sont proches des thèses de l'ultra-droite et apparentés à la mouvance survivaliste, indiquait hier soir le parquet. Chez l'un des individus, des éléments pouvant servir à la fabrication d’explosifs ont été saisis. D'après les informations de RTL, il s'agit d'un sac de poudre en cours d'analyse et d'une notice expliquant comment fabriquer des explosifs. 

Par ailleurs, parmi les quatre hommes interpellées, au moins trois faisaient l'objet depuis quelques jours d'une enquête du parquet national antiterroriste. Selon une source proche des investigations contactée par RTL, cette enquête, initiée avant l’enlèvement de Mia, avait été déclenchée après l’interception par la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) d’échanges inquiétants au sein du groupe

D'autres projets d'actions violentes évoqués

Qualifiés de "survivalistes et complotistes, susceptibles de fomenter des actions violentes contre l'Etat et le système", les trois hommes avait en effet évoqué entre eux des projets visant de très nombreuses cibles dont, par exemple, "des bâtiments publics ou encore des centres de vaccination". Parmi les autres projets évoqués, selon nos informations, figurait aussi celui d'enlever des enfants pour les soustraire à de supposés réseaux pédophile installés au cœur de l’Etat, ce qui rejoint la thèse centrale des adeptes du réseau complotiste QAnon, très actif aux États-Unis depuis quelques mois.

À lire aussi
crime
Maddie McCann : le suspect numéro un va-t-il parler ?


Aucun de ces projets, il est important de le souligner, n’avait connu le moindre début de passage à l’acte jusqu’au kidnapping de la petite Mia à la requête de sa mère. Mais ce sont bien les éléments recueillis par la DGSI dans le cadre de l’enquête sur ces potentielles visées terroristes qui ont permis d’identifier puis d'interpeller très rapidement leurs auteurs du rapt. Pas assez cependant pour éviter la remise de Mia à sa mère.


La petite Mia a été enlevée mardi par trois hommes, par ruse et sans violence, alors qu'elle était hébergée chez sa grand-mère maternelle, désignée depuis janvier "tiers de confiance" par la justice, dans le village des Poulières, à une trentaine de kilomètres d'Épinal. Les ravisseurs présumés ont affirmé avoir agi à la demande de la mère de l'enfant, Lola Montemaggi, 28 ans, qui voulait récupérer sa fille, dont elle n'avait plus la garde, selon le procureur d'Épinal Nicolas Heitz. La mère et sa fille n'ont toujours pas été retrouvées. Vendredi, le procureur de la République d'Épinal, Nicolas Heitz, a indiqué qu'un départ vers l'étranger "n'était pas exclu".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vosges Enquête Alerte enlèvement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants