2 min de lecture Faits divers

Disparition de Diary Sow : l'étudiante sénégalaise "va bien" et se dit "en sécurité"

L'étudiante sénégalaise au lycée Louis-Le-Grand à Paris a disparu volontairement et se dit "en sécurité" dans un courrier, tout en restant évasive sur l'endroit où elle se trouve et les raisons de son acte.

Diary Sow a donné de ses nouvelles, elle dit "faire une pause pour retrouver ses esprits".
Diary Sow a donné de ses nouvelles, elle dit "faire une pause pour retrouver ses esprits". Crédit : SENEGALESE PRESIDENCY / AFP
Gaétan Trillat et AFP

Elle n'avait pas donné signe de vie depuis le 4 janvier : Diary Sow, connue comme "la meilleure élève du Sénégal" et étudiante en classe prépa scientifique au lycée Louis-Le-Grand à Paris, a brisé le silence dans une lettre envoyée au ministre sénégalais de l'Eau Serigne Mbaye Thiam, qui en a publié des extraits sur son compte Twitter, jeudi 21 janvier.

"Je vais bien, je suis en sécurité", dit-elle dans ce courrier, expliquant avoir fait "une petite pause pour retrouver (ses) esprits". L'étudiante de 20 ans a aussi eu une "prise de contact" avec la police judiciaire, a dit à l'AFP une source proche du dossier. Elle "va bien" et est "libre de ses mouvements et (de ses) choix".

Dans ce que le ministre présente comme une lettre suivie de plusieurs échanges ces derniers jours et qu'il dit rendre publics avec l'accord de la jeune femme et sa famille, Diary Sow dit avoir cherché une sorte de "répit salutaire" sans être capable d'en expliquer la raison. Elle se déclare surprise et "désolée" de l'émotion qu'elle a causée.

Parmi les questions laissées sans réponse, les échanges ne disent rien de l'endroit où se trouve la jeune femme issue d'un milieu modeste et érigée dans son pays comme l'incarnation de l'excellence et de la réussite scolaires. Ils révèlent la peur qu'elle a eue de prévenir ses proches de sa prise de distance, et celle aujourd'hui de reprendre contact avec eux.

"Je n'ai pas disjoncté à cause du confinement"

À lire aussi
kidnapping
Disparition de Delphine Jubillar : 3 mois d'énigme

"Si je ne m'étais pas manifestée jusqu'à présent, c'est pour la simple raison que j'étais dans l'impossibilité de le faire (...) J'ai laissé assez d'indices derrière moi pour qu'on sache que je partais de mon plein gré. Je ne me cache pas. Je ne fuis pas. Considère cela comme une sorte de répit salutaire dans ma vie", dit-elle au ministre, dont elle est proche.

Celle qui fut distinguée meilleure élève du Sénégal en 2018 et 2019 et qui a ajouté à sa notoriété nationale en publiant un roman assure ne pas avoir cédé à la pression, ni aux doutes. "Je n'ai pas disjoncté à cause du confinement ou de la prépa", assure-t-elle. "Ceux qui cherchent une explication rationnelle à mon acte seront déçus puisqu'il n'y en a aucune", selon elle. Elle parle de "désir irrépressible, irraisonné et si profondément irrationnel", et n'aurait "jamais cru que (son) nom allait alimenter autant de débats, qu'autant de gens allaient s'inquiéter".

Selon une association d'étudiants sénégalais à Toulouse, la jeune femme a passé les vacances de fin d'année dans cette ville chez sa meilleure amie, étudiante en médecine. Mais elle ne s'est pas présentée le 4 janvier à la reprise des cours à Louis-Le-Grand, absence qui ne lui ressemblait pas selon ses proches.

Une enquête avait été ouverte en France pour disparition "inquiétante". Une source proche du dossier se voulait cependant rassurante ces derniers jours et disait que la thèse du départ volontaire était privilégiée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Enseignement Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants