1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Crash de la Germanwings : l'histoire d'un "suicide-homicide" qui a fait 150 victimes
2 min de lecture

Crash de la Germanwings : l'histoire d'un "suicide-homicide" qui a fait 150 victimes

Après sept ans d'enquête, un non-lieu a été rendu dans l'enquête sur le crash, en 2015, dans les Alpes, de l'Airbus de la compagnie allemande Germanwings. Un accident provoqué par le copilote et qui avait fait 150 morts.

A320 de la Germanwings : des enquêteurs sur les lieux du crash le 26 mars 2015
A320 de la Germanwings : des enquêteurs sur les lieux du crash le 26 mars 2015
Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
L'INTÉGRALE - Le crash de la Germanwings : l'enquête se conclut sur un non-lieu
00:39:57
RÉCIT - Le crash de la Germanwings : l'enquête se conclut sur un non-lieu
00:14:47
Jean-Alphonse Richard & Marie Bossard & Alexis Kergus

Après sept ans d'enquête, la justice française vient de rendre un non-lieu dans l'affaire du crash volontaire de l'Airbus A320 de la compagnie Germanwings. Les magistrats concluent que personne ne pouvait prévoir le projet criminel du copilote. Personne n'aurait pu empêcher son geste, un “suicide-homicide”.

Le mardi 24 mars 2015, à 10h53 du matin, le contrôle aérien vient tout juste de perdre la trace du vol 4U9525 de la compagnie Germanwings, une filiale lowcost de la Lufthansa. L'Airbus A320 a décollé de Barcelone, en Espagne, à 10h01. Son atterrissage est prévu à Dusseldorf, en Allemagne, à 11h55. L'appareil qui compte 150 personnes à bord, dont les six membres d'équipage, n'a signalé aucune anomalie.
  
A 11h10, le crash de l'Airbus de la Germanwings est confirmé. L'accident s'est produit dans une région au relief accidenté, difficile d'accès. Le massif des Trois Evêchés, dans les Alpes de haute Provence. En fin d'après-midi, une boite noire, celle qui enregistre les conversations à bord de l'appareil, est retrouvée. Son décryptage est minutieux, mais il s'évère édifiant. 36 heures après le crash, le journal New York Times est le premier à en révéler la teneur. Le copilote, Andreas Lubitz, a semble t-il volontairement projeté son appareil contre la montagne, à la façon d'un kamikaze...

"Je pense qu'il a prémédité son acte"

"Même s'il avait des troubles psychiatriques, il avait tous ses esprits. S'il n'avait pas tous ses esprits, ses troubles auraient sans doute été dessellés bien avant par la compagnie", explique Gérard Arnoux, ancien commandant de bord pour Air France. 

"On se concentre sur la personnalité d'Andréas Lubitz. En ce qui me concerne, je pense qu'il a prémédité son acte, comme on peut le voir sur ce qu'on appelle des tueries de masse", ajoute-t-il au micro de L'heure du Crime.

Le dossier se referme pourtant sans avoir pu percer tous les secrets d’Andreas Lubitz, le copilote. Pourquoi a-t-il choisi de supprimer autant de vies ? Que s'est-il passé dans les dernières heures de son existence pour décider ce geste fou ? Comment s’est-il changé en meurtrier de masse ? Autant de questions qui resteront sans réponses

Nos invités

Gérard Arnoux, ancien commandant de bord pour Air France, président du Comité de veille de la sécurité aérienne et conseiller technique bénévole d'associations de familles de victimes françaises d'accidents aériens
- Le général d'armée David Galtier, auteur de "Mon combat contre le crime", chez Robert Laffont

L'équipe de l'émission vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.