1 min de lecture Drôme

Conseillère Pôle emploi tuée à Valence : "On ne comprend pas" dit la sœur de la victime

DOCUMENT M6 - Marjorie, la demi-sœur de Patricia, la conseillère Pôle emploi assassinée jeudi, estime qu'elle a été "tuée gratuitement".

Stephane Carpentier RTL Matin Week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Conseillère Pôle emploi tuée à Valence : "On ne comprend pas" dit la sœur de la victime Crédit Image : AFP / PHILIPPE HUGUEN | Crédit Média : M6 | Durée : | Date : La page de l'émission

L'ingénieur de 45 ans soupçonné d'avoir trois femmes en lien avec son parcours professionnel, entre le mardi 26 et le jeudi 28 janvier, était toujours en garde à vue samedi 30 janvier et ne donne, jusque-là, aucune explication à son périple meurtrier. Son parcours macabre aurait débuté dans le Haut-Rhin mardi, avant de se finir dans la Drôme et l'Ardèche, jeudi.

Å Valence, le suspect a froidement exécuté une employée de Pôle emploi, qui s'appelait Patricia et avait 53 ans. Sous le choc, sa demi-sœur Marjorie explique à M6 comment elle a appris la terrible nouvelle : "J'ai su qu'il y avait eu quelque chose à Pôle emploi et comme ma sœur travaille là-bas, j'ai appelé ma maman que je n'entendais pas (au téléphone).  J'ai entendu après un petit 'oui' et là j'ai su que c'était ma sœur qui n'était plus là et qu'on l'a tué gratuitement alors qu'elle faisait son travail".

Marjorie raconte que sa demi-sœur "était très investie dans son travail et aimait ce qu'elle faisait". Endeuillée, elle explique que sa mère est "très, très mal", "comme toute la famille, on est tous pas bien, on ne comprend pas". "On pense que ça n'arrive qu'aux autres et puis ça nous arrive à nous" ajoute-t-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Drôme Valence M6
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants