3 min de lecture Pédophilie

Chirurgien soupçonné de pédophilie : sa femme savait, selon ses nièces

La femme de celui qui, pendant trente ans, a potentiellement agressé sexuellement 349 mineurs, affirme pourtant ne s'être doutée de rien et avoir tout découvert en 2017, à l'arrestation de son mari.

Le centre hospitalier de Jonzac, où le chirurgien a officié.
Le centre hospitalier de Jonzac, où le chirurgien a officié. Crédit : Capture Google Maps
Jérémy Billault

Pouvait-elle ne pas savoir ? Celle qui a partagé pendant une trentaine d'années la vie du chirurgien soupçonné de pédophilie à Jonzac, accusé de viols et agressions sexuelles sur mineurs avec 349 victimes potentielles, dont certaines de son entourage familial, n'a-t-elle vraiment pu se douter de rien ? 

Dans un entretien accordé au Télégramme en décembre dernier, elle l'assure. Mariée à Joël Le Scouarnec en 1974, elle le quitte en 2005 après sa condamnation pour détention d'images pornographiques, selon l'avocate de plusieurs victimes interrogée par Le Point. Le couple reste tout de même marié jusqu'en 2017, et l'incarcération du chirurgien. 

Auprès du Télégramme, elle explique ne jamais avoir été au courant de la première condamnation de son mari et évoque une séparation effective en 2003, sans lien avec l'attirance de son mari pour les jeunes enfants

"Pendant une trentaine d'années, j'ai vécu à ses côtés,  explique-t-elle, et je ne me suis doutée de rien, c'est un grand pervers (...). En 2017, j'ai appris que deux plaintes avaient été déposées pour le viol de ses nièces. Je ne sais pas comment il faisait, mais on ne voyait rien."

Une omerta familiale ?

À lire aussi
Christian Quesada sur le plateau des "12 coups de midi" justice
"Les 12 Coups de midi" : Christian Quesada condamné à 3 ans de prison

Ce sont justement ces deux nièces, qui font partie des quatre victimes dans le procès pour viols et agressions sur mineurs de Joël Le Scouarnec qui aura lieu a partir du 13 mars prochains, qui contredisent ce mardi 14 janvier le discours de l'épouse. Par l'intermédiaire de leur avocate interrogée par BFM TV, Me Delphine Driguez, elles dénoncent une véritable omerta familiale. 

"Elles ont été choquées de voir que la femme de Joël Le Scouarnec s'est permis d'intervenir dans la presse en disant 'je tombe des nues' alors que ce sont des discussions qui ont lieu depuis 1999 chez elle (...). La femme de Joëlle Le Scouarnec était parfaitement au courant, elle le savait", accuse l'avocate.

Depuis la sortie de l'affaire, le silence de l'entourage familial et professionnel de celui qui a agi pendant une trentaine d'années et dont les victimes potentielles se comptent par centaines, fait partie des principaux mystères.

 En décembre dernier, Le Parisien révélait que la femme de Joël Le Scouarnec aurait tout découvert dès 1996, en trouvant une armoire dans laquelle se dissimulait une partie de "son matériel pédopornographique". Le chirurgien détruit alors, à sa demande, des centaines d'images et les trois dernières années de ses sordides carnets, dont il reprendra malgré tout l'écriture.

"Cela fait 9 mois qu'elle a découvert que je suis pédophile"

Dès 1997, dans son journal, le chirurgien écrit : "Cela fait 9 mois qu'elle a découvert que je suis pédophile". Ce qu'il confirmera au juge en 2017 :  "En 1996, [son, épouse] était au courant de [son] attirance pour les jeunes enfants. Puis il y a eu la procédure judiciaire de 2003". 

Lors de cette procédure a, en effet, eu lieu une perquisition édifiante relatée dans un autre article du Parisien : outre une grande quantité de contenu pédopornographique, des poupées sont retrouvées cachées sous un plancher ainsi que des perruques, des sextoys et, déjà, les carnets de descriptions et de dessins sordides. 

"On peut imaginer leur traumatisme, raconte le chirurgien au juge. Quand je suis revenu de garde à vue qui avait duré du matin jusqu'à la fin d'après-midi, tout a volé en éclat. Elle m'a dit qu'il fallait me faire soigner."  La sœur de Joël Le Scouarnec, mère des deux victimes, raconte elle aussi que son frère avouait que son épouse était dans le secret...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pédophilie Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants