1 min de lecture Pédophilie

Chirurgien soupçonné de pédophilie : "Je ne vais pas le lâcher", dit le père d'une victime

"S'il y a des gens qui se reconnaissent, ce n'est pas une honte, il faut qu'ils se manifestent", dit le père d'une fillette victime du chirurgien de Jonzac.

>
Chirurgien soupçonné de pédophilie : "il faut qu'il soit puni", dit le père d'une victime Crédit Image : Capture Google Maps | Crédit Média : Alice Moreno | Durée : | Date :
Alice Moreno
édité par Marie Sasin

En Charente-Maritime, les enquêteurs tentent toujours d'identifier les 200 victimes potentielles du chirurgien pédophile de Jonzac. Ce médecin doit déjà être jugé, en début d'année prochaine, pour détention d'images pédopornographiques et pour viols sur quatre mineures. Il fait l'objet d'une autre enquête depuis la découverte dans ses carnets intimes d'une liste de 200 noms d'enfants associés à des descriptions sexuelles. 

Ces victimes pourraient donc être très nombreuses. Encore faut-il le vérifier. Plusieurs nouvelles plaintes ont été déposées ces derniers mois. Le père d'une fillette a décidé de prendre la parole pour que d'autres victimes se fassent connaître. 

"Elle m'a dit 'Papa si je te dis quelque chose, tu me fâcheras pas ?', elle m'a dit 'le monsieur m'a fait voir son zizi'. Ça bout dans votre tête, vous gardez votre calme parce que la petite est là. Ma femme est allée à la gendarmerie porter plainte. Au début, on était sur une exhibition, sa mère a questionné ma fille et on s'est rendu compte qu'il y avait eu pénétration", explique le père.

Je dois défendre ma fille

Le père de la fillette
Partager la citation

"On s'est écroulé, on est obligé de rester debout maintenant. Il faut se relever", témoigne-t-il. "200 noms... on entend toujours des choses dans les médias qui sont horribles sur des viols. On s'imagine que c'est ailleurs et non c'est à côté de chez moi. S'il y a des gens qui se reconnaissent, c'est pas une honte, il faut qu'ils se manifestent. Aujourd’hui je parle c'est dur, vous voyez à ma voix, mais je le fais. Il faut le faire. Ça va être dur d'aller aux assises (...) je dois défendre ma fille", détaille le père.

À lire aussi
Le centre hospitalier de Jonzac, où le chirurgien a officié Charente-Maritime
Chirurgien soupçonné de pédophilie : une soixantaine de nouvelles plaintes déposées

"Je ne vais pas le lâcher, il faut qu'il soit puni, qu'il s'explique. Il faut arrêter ça", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pédophilie Charente Charente-Maritime
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7798214951
Chirurgien soupçonné de pédophilie : "Je ne vais pas le lâcher", dit le père d'une victime
Chirurgien soupçonné de pédophilie : "Je ne vais pas le lâcher", dit le père d'une victime
"S'il y a des gens qui se reconnaissent, ce n'est pas une honte, il faut qu'ils se manifestent", dit le père d'une fillette victime du chirurgien de Jonzac.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/chirurgien-soupconne-de-pedophilie-je-ne-vais-pas-le-lacher-dit-le-pere-d-une-victime-7798214951
2019-08-23 08:42:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gfhnKUMygcftgPUxtkm-hw/330v220-2/online/image/2019/0822/7798213962_le-centre-hospitalier-de-jonzac-ou-le-chirurgien-a-officie.PNG