1 min de lecture Faits divers

Chevaux tués et mutilés : deux agresseurs surpris par un éleveur ont pris la fuite

VU DANS LA PRESSE - Un éleveur de Montholon dans l'Yonne a surpris deux agresseurs, couteaux à la main en train d'agresser son cheval dans la nuit du 24 au 25 août. Pris de court, les deux hommes se sont enfuis.

Un cheval (illustration).
Un cheval (illustration). Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Marie Gingault

Nouveau rebondissement dans l'affaire des chevaux mutilés et tués : deux personnes ont été vues en train d'agresser un cheval dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 août. Alerté par les aboiements de son chien, un éleveur de Montholon, dans l'Yonne a surpris les deux agresseurs en train de s'en prendre à son cheval. 

Armés de couteaux, les deux individus ont été pris de court lorsque le propriétaire du cheval s'est manifesté, rapporte France Bleu AuxerreIls n'ont eu le temps d’infliger que des blessures superficielles à l'équidé, et ont pris la fuite. 


La gendarmerie de l’Yonne appelle les propriétaires de chevaux à la plus grande vigilance. En effet, ces attaques envers les cheveux se font de plus en plus fréquente depuis quelques mois. Une dizaine d'équidés a été mutilée ou blessée depuis le début de l'année. Ce week-end, encore deux juments ont été retrouvées mutilées au niveau des parties génitales dans le Jura, et une autre a été découverte morte, l'oreille droite coupée, dans les Deux-Sèvres.

Une vague ignoble de mutilations

Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture
Partager la citation

Une hécatombe que dénonce le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, qui a qualifié ces actes barbares de "vague ignoble de mutilations". Le ministre a également indiqué que la brigade nationale d’enquêtes vétérinaires était mobilisée afin de résoudre l'enquête.

À lire aussi
Le Havre, en Seine-Maritime Le Havre
Le Havre : 40.000 peluches dangereuses détruites par les douanes

"Face à la série d'actes de cruauté envers des équidés sur l'ensemble du territoire", la Fédération française d'équitation avait annoncé, la semaine dernière, se porter partie civile aux côtés des propriétaires de chevaux, poneys et ânes qui ont été tués ou mutilés ces derniers mois. Pour l'heure, l'enquête se poursuit et les enquêteurs n'écartent aucune piste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Maltraitance Animaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants