1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Bérenger Brouns : le double crime d'un homme "normal" qui "brûle de passion"
2 min de lecture

Bérenger Brouns : le double crime d'un homme "normal" qui "brûle de passion"

PODCAST - Maître Jean-Marc Fedida revient sur le procès de Bérenger Brouns, charcutier qui a tué et découpé sa maîtresse Christelle Leroy et son fils de 4 ans. Un homme normal, trop normal même selon son défenseur.

Un homme polissant une feuille de boucher (illustration)
Un homme polissant une feuille de boucher (illustration)
Crédit : THIERRY ZOCCOLAN / AFP
8. Bérenger Brouns : le double crime d'un homme "normal"
24:32
Jean-Alphonse Richard - édité par Paul Turban

Il était boucher, père de famille, un homme tout à fait ordinaire, un artisan qui avait réussi. Certes, il était un peu colérique, mais personne n'est parfait. Et puis, il y avait cette femme, son employée, qu'il aimait, Christelle Leroy. Il l'a tuée, avec son fils de 4 ans, Lucas. Il les a tous deux découpés en morceaux, des morceaux qu'il a jetés dans des sacs plastiques, puis déposés dans plusieurs poubelles. 


Le crime était presque parfait. Les enquêteurs, à la recherche de Christelle et de Lucas, croient à un départ, certes inquiétant, mais les éléments qui permettent d'envisager leur mort sont très rares. Bérenger Brouns n'a laissé aucune trace, ni chez les victimes qu'il a étouffées, ni dans la cuisine de sa charcuterie où il les a découpées.

Pourtant, en garde à vue, les enquêteurs le font craquer avec le seul élément, loin d'être décisif, qu'ils ont contre lui : un bornage téléphonique qui ne correspond pas à l'emploi du temps qu'il a donné aux enquêteurs. À partir de ce moment, Bérenger Brouns ne cherche plus à se défiler : il avoue tout, et attend sa condamnation sans rechigner. 

Ce procès pose la question de la normalité et même de la "normopathie".

Maître Jean-Marc Fedida, avocat de Bérenger Brouns.

Dans cet épisode des Voix du Crime, l'avocat de Bérenger Brouns évoque son client si normal qu'il en est devenu, un instant, monstrueux. "Bérenger Brouns brûle de passion pour Christelle. Je pense que c'était réciproque et en tout cas, ça explique une partie des faits", déclare Jean-Marc Fedida. "Ce procès pose la question de la normalité et même de la 'normopathie', explique-t-il. Comment est-ce que l'on peut être malade alors qu'on est normal ?"

À lire aussi

Il détaille comment, selon lui, un rendez-vous manqué, la frustration d'une femme blessée, et le manque de mots d'un homme trop normal ont conduit Bérenger Brouns à commettre l'irréparable. Non, Bérenger Brouns n'est pas un monstre, affirme maître Fedida, "ou alors cette part de monstruosité, nous l'avons tous en nous".

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro de Nathalie RenouxAmandine BégotJérôme Florin et Jean-Alphonse Richard. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.


Une fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue une affaire criminelle. Un podcast RTL Originals. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/