1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Australie : une femme comparaît devant la justice pour agressions sexuelles sur mineurs
2 min de lecture

Australie : une femme comparaît devant la justice pour agressions sexuelles sur mineurs

VU DANS LA PRESSE - Extradée d'Israël en janvier dernier, une ancienne directrice d'école, accusée de pédophilie, comparaît devant la justice australienne depuis le lundi 13 septembre.

Photo de Malka Leifer, ancienne directrice d’école australienne accusée de pédophilie, escortée par la police alors qu’elle arrive pour une audience au tribunal de Jérusalem le 27 février 2018.
Photo de Malka Leifer, ancienne directrice d’école australienne accusée de pédophilie, escortée par la police alors qu’elle arrive pour une audience au tribunal de Jérusalem le 27 février 2018.
Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP
Camille Guesdon

Malka Leifer, une ancienne directrice d'une école juive ultraorthodoxe, accusée de viols et agressions sexuelles sur mineurs, comparaît devant la justice australienne pour une audience préliminaire à son éventuel procès depuis le lundi 13 septembre. La suspecte, qui possède la double nationalité australienne et israélienne, avait été extradée d'Israël vers l'Australie en janvier dernier.

Selon les informations du Parisien, l'ancienne directrice d'école est notamment accusée de 11 viols, 47 attentats à la pudeur, trois pénétrations sexuelles sur un enfant et 13 actes indécents sur un enfant, qui auraient été commis entre 2004 et 2008 contre huit enfants, alors qu’elle était enseignante en études religieuses et directrice de l’école Adass Israël de Melbourne, en Australie.

L'ancienne directrice d'école avait fui l’Australie en 2008, suite à une plainte portée contre elle. Elle s’était ensuite installée avec ses huit enfants et son mari rabbin dans la colonie d’Emmanuel en Cisjordanie, une communauté haredim pauvre.

Six ans de bataille juridique en Israël

Trois de ses victimes présumées sont sœurs. Nicole Meyer, Dassi Erlich et Elly Sapper témoignent à huis clos depuis lundi 13 septembre. Elles ont choisi de dévoiler publiquement leur identité et de médiatiser leur combat afin d'obtenir l'extradition de Malka Leifer.

À lire aussi


En 2014, deux ans après l'inculpation de Malka Leifer, les autorités australiennes avaient demandé son extradition. Il aura fallu six ans de bataille juridique en Israël pour prouver que la suspecte simulait une maladie mentale pour échapper à la justice australienne. Elle était incarcérée en Israël depuis 2018, suite aux éléments de l'enquête des détectives privés qui prouvaient que Malka Leifer menait une existence normale.

Avant de se lancer dans une bataille juridique pour obtenir l’extradition de Malka Leifer, Dassi Erlich, l'une des plaignantes, avait poursuivi l’école Adass Israël au civil. Elle avait décrit comment la totale ignorance sexuelle des enfants de la communauté ultraorthodoxe avait été instrumentalisée à son détriment par la directrice pour l’abuser, jusqu’au lycée, et même après, lorsque la victime avait obtenu un travail au sein de l’établissement scolaire. Tony Hargreaves, l'avocat de Malka Leifer, a déclaré au tribunal qu’il effectuerait un contre-interrogatoire des victimes avec "le plus de soin possible".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/