1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attaques dans l'Aude : l'application d'alerte attentat ne s'est pas déclenchée
1 min de lecture

Attaques dans l'Aude : l'application d'alerte attentat ne s'est pas déclenchée

L'application gouvernementale Système d'Alerte et d'Information des Populations (SAIP) ne s'est pas déclenchée lors des attaques qui ont eu lieu à Trèbes près de Carcassonne dans l'Aude.

L'application SAIP sur smartphone (illustration)
L'application SAIP sur smartphone (illustration)
Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Martin Planques

La fonction de l'application gouvernementale Système d'Alerte et d'Information des Populations (SAIP) est simple : alerter la population en cas d'attentat sur le sol français. Un "couac" a eu lieu ce vendredi 23 mars. L'application, mise en place depuis près de deux ans, ne s'est pas déclenchée lors des attaques dans l'Aude qui ont fait trois morts et seize blessés.

De nombreux internautes ont immédiatement signalé sur les réseaux sociaux le dysfonctionnement de l'application, qui n'en est pas à son premier "bug". Le 17 septembre 2016, une fausse alerte avait été envoyée au sujet d'une prise d'otages à Paris, qui n'en était pas une.

Et le soir de l'attaque sur la promenade des Anglais à Nice, l'alerte de SAIP avait été envoyée avec deux heures de retard. Dans un rapport, le sénateur Jean-Pierre Vogel avait pointé les défaillances de l'application d'alerte attentat SAIP, et avait recommandé une autre solution en août 2017.

L'auteur présumé des trois attaques a été abattu lors d'un assaut mené par les gendarmes du GIGN dans le supermarché de Trèbes où il était retranché avec un gendarme, ont annoncé des sources proches de l'enquête. L'homme a mortellement neutralisé le passager et blessé grièvement le conducteur d'une voiture qu'il a volée à Carcassonne, avant de tirer sur un CRS, touché à l'épaule. Il s'est ensuite rendu dans le supermarché de Carcassonne, où il a tué un employé et un client.

À lire aussi

Dans le Super U, l'assaillant a blessé gravement un lieutenant-colonel de gendarmerie qui s'était proposé comme otage en échange de la libération d'une femme,ce qui a déclenché l'assaut des gendarmes de l'antenne GIGN de Toulouse. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/