3 min de lecture Justice

Pompier blessé par balle : Darmanin veillera à ce qu'une "plainte soit déposée"

Intervenant pour éteindre un incendie de véhicule, un pompier a été blessé sans gravité par un tir à la jambe.

Indignation après un tir qui a blessé un pompier en intervention dans l'Essonne
Indignation après un tir qui a blessé un pompier en intervention dans l'Essonne Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont et AFP

"Comment peut-on vouloir tuer celui qui vient sauver ?". Le gouvernement comme l'opposition ont condamné avec force, mercredi 15 juillet, le tir qui a blessé un pompier en intervention la veille en Essonne. Une "première intolérable", selon la profession.

Le pompier, un sergent-chef, intervenait à Guinette, un quartier défavorisé de la ville d’Étampes.  Un tir d'arme à feu a traversé sa jambe alors qu'il cherchait à éteindre un feu de véhicule, lui heurtant le mollet et le blessant sans gravité, ont indiqué des sources concordantes. L'arme ou le calibre utilisés n'ont pu être identifiés pour le moment.

Au moment du tir, vers 23h20, il n'y avait aucun individu au contact des policiers et des pompiers en intervention. "Ils n'ont même pas entendu la détonation", a rapporté une source policière. "C'est une première : un tir qui vise un pompier c'est une tentative de meurtre", a déclaré à l'AFP le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) Grégory Allione, se disant "hagard, comme tous les pompiers ce matin". "Je n'imaginais pas voir cela un jour", a-t-il ajouté.

Ces actes odieux ne doivent pas rester impunis

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur
Partager la citation

"Ces actes odieux ne doivent pas rester impunis", a réagi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans un tweet, réitérant son "soutien indéfectible à ceux qui nous protègent au péril de leur vie". Gérald Darmanin, qui s'est entretenu par téléphone avec le pompier, lui rendra visite en fin de journée, sans la presse, a indiqué à l'AFP l'entourage du ministre. Le directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises, qui chapeaute les pompiers au sein du ministère, a lui aussi fait part de sa "profonde indignation".

Gérald Darmanin a indiqué avoir "veillé à ce qu'une plainte soit déposée". L'enquête a été confiée à la sûreté départementale de l'Essonne. La FNSPF demande quelle "aille très vite pour que l'auteur comparaisse au plus vite et que la justice soit ferme, avec une peine exemplaire", a ajouté M. Allione.

De nombreuses réactions politiques

À lire aussi
Le port de Beyrouth ravagé par une double explosion le 4 août 2020 Explosions à Beyrouth
Explosions au Liban : 16 fonctionnaires du port de Beyrouth placés en détention

"Un nouveau palier dans la violence a été franchi", a commenté la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse. Son homologue dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand (ex-LR), a demandé la "tolérance zéro" contre ceux qui attaquent les pompiers. 

Parmi les autres réactions politiques, le maire LR de Nice Christian Estrosi a estimé, dans un tweet, que "l'État doit rapidement trouver des solutions pour protéger ceux qui nous protègent"Marine Le Pen a de son côté considéré qu'il fallait agir "vite et fort" notamment en "désarmant les banlieues". Dans la majorité, le délégué général de La République En Marche Stanislas Guerini a assuré "à ce pompier et l'ensemble de ses collègues" le soutien "sans faille" de son parti.

Une augmentation des agressions sur les pompiers

Cette affaire intervient dans un contexte d'inquiétude face à l'augmentation continue des agressions contre les pompiers en intervention. En septembre 2018 à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), l'un d'eux avait été tué par l'homme qu'il était venu secourir, un déséquilibré, un décès qui avait déjà choqué la profession.

Mais le tir d’Étampes est une "première" dans le sens où "on n'est plus dans le cadre d'un danger opérationnel, né d'une situation donnée : là c'est quelqu'un qui a voulu tuer", souligne M. Allione.

Si elles restent limitées (environ six par jour sur 10.000 interventions), le nombre des agressions de pompiers a triplé depuis dix ans, selon le ministère de l'Intérieur. Elles ont aussi augmenté de 50% sur les cinq premiers mois de 2019, par rapport à la même période en 2018, souligne un rapport sénatorial publié en décembre dernier qui appelait le gouvernement à se mobiliser.

Place Beauvau, on précise que Gérald Darmanin va rendre systématique le dépôt de plainte des pompiers après chaque agression de l'un des leurs, une autre préconisation du rapport sénatorial. Les pompiers, chaque année davantage sollicités sur tous les fronts (secours à personnes, incendies, feux de forêts, transport médical...) ont également fait partie cette année des professions en première ligne face à l'épidémie de Covid-19.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Gérald Darmanin Pompiers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants