1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Vente de sous-marins : "L'Australie est dans la main des Américains", prévient l'armée française
1 min de lecture

Vente de sous-marins : "L'Australie est dans la main des Américains", prévient l'armée française

INVITÉ RTL - Hervé Grandjean, le Porte-Parole du Ministère des Armées, a regretté ce jeudi 16 septembre la décision de l'Australie de rompre le "contrat du siècle" avec la France concernant 12 sous-marins pour 56 milliards d'euros.

Hervé Grandjean, le Porte-Parole du ministère des armées
Hervé Grandjean, le Porte-Parole du ministère des armées
Crédit : Benjamin Guillot-Moueix / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
"La France sera intransigeante pour préserver ses intérêts" prévient Hervé Grandjean
08:21
"La France sera intransigeante pour préserver ses intérêts", prévient Hervé Grandjean
08:21
Julien Sellier - édité par Romain Giraud

Alors que l'Australie a rompu le "contrat du siècle" avec Paris ce jeudi 16 septembre, comprenant 12 sous-marins à 56 milliards d'euros et privilégiant un vaste partenariat de sécurité avec le Royaume-Uni et les États-Unis, Hervé Grandjean, le Porte-Parole du Ministère des Armées, a regretté cette décision qui plonge "l'Australie dans la main des Américains."

"Nous voulions apprendre à l'Australie à concevoir des sous-marins avec un transfert de technologie important. Ce pays voulait monter en gamme mais se prive aujourd'hui de sous-marins aux opérations exceptionnelles", déplore-il. 

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a parlé de "coup dans le dos" en réaction à ce qui paraît comme une trahison. Un sentiment que partage Hervé Grandjean : "Nous seront intransigeants, la France emploiera tous les moyens pour que ses intérêts soient gardés par rapport à cette décision brutale", a-t-il affirmé, confirmant ainsi les informations de la presse australienne, qui évoque des possibles pénalités de plusieurs centaines de millions d'euros. 

"La France avait déjà fourni à l'Australie des contrats de design de ces sous-marins à l'Australie et ceux-ci ont été payés, mais les heures de travail des ingénieurs non payées vont devoir l'être très rapidement", conclut le porte-parole du ministère des Armées. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/