4 min de lecture Angleterre

Une mère de 98 ans emménage en maison de retraite pour s'occuper de son fils de 80

REPLAY - L’amour d’une mère n’a pas d’âge. Cette femme de Liverpool l’a prouvé en emménageant dans une maison de soins pour s’occuper de fils de 80 ans à 98 ans.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Une mère de 98 ans emménage en maison de retraite pour s'occuper de son fils de 80 Crédit Image : GEORGES GOBET / AFP | Crédit Média : Amandine Begot | Durée : | Date : La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

C'est une belles leçon de vie. L'histoire de cette maman de 98 ans qui vient d’emménager dans une maison de Liverpool en Angleterre, non pas parce qu'elle ne pouvait plus vivre chez elle, mais parce qu'elle voulait pouvoir continuer à s'occuper de son fils de 80 ans
Tom  un peintre décorateur à la retraite avec qui elle toujours vécu. Quand il a du quitter le foyer pour vivre en institution, le déchirement a été tel qu'elle a finalement choisi de le suivre.
"Vous ne pouvez jamais cesser d’être mère", a -t-elle expliqué au journal local Liverpool Echo qui a révélé cette belle histoire, relayée aujourd'hui dans plusieurs de vos quotidiens. Dans la maison de retraite, on les appelle les inséparables, des inséparables visiblement chouchoutés. C'est si rare, raconte le directeur de l'établissement, "qu'on souhaite que leur temps ici soit aussi spécial que possible".

Autre belle histoire, celle que vous pourrez lire dans Nice Matin, c'est celle de Brian, un retraité britannique qui se rend régulièrement dans une parfumerie, non pas pour y faire des achats, mais pour prendre des cours de maquillage. Il veut, dit-il, pouvoir prendre soin de sa femme qui perd peu à peu la vue. C'est une employée du magasin en question qui a posté sur les réseaux sociaux une photo du couple. Un couple magnifique qui vit la vie à fond, écrit-elle. En quelques jours  le message a été relayé plus de 300 000 fois.

L'Argentine en deuil

L'Argentine est en deuil après l'attentat d'hier, mardi 31 octobre, à New York. Parmi les huit personnes qui ont été tuées, on compte en effet cinq argentins, cinq hommes dont les visages s'affichent ce mercredi matin en Une du site internet du quotidien Nación. C'était un groupe de potes comme on en connaît tous, ils avaient entre 48 et 49 ans. Avec cinq autres de leurs amis, des anciens camarades de promo,  ils étaient venus à New York pour fêter le 30ème anniversaire de la fin de leurs études

Tous s'étaient connus à l'école polytechnique de Rosario, la troisième ville d'argentine qui a d'ailleurs décrété trois jours de deuil pour leur rendre hommage. Ils étaient arrivés aux États-Unis samedi, et devaient y rester une semaine. Une semaine qui devait être une semaine de fête et d’insouciance. Avant de prendre l'avion, ils avaient immortalisé l'instant, une photo de groupe tout sourire, où chacun porte un t-shirt blanc barré du mot LIBRE en lettres noires.

Le profil de l'assaillant, immigré ouzbek de 29 ans

À lire aussi
La reine Elziabeth II, le 17 juillet 2019, lors d'une exposition à Buckingham Palace pour les 200 ans de la naissance de son aïeule la reine Victoria Royaume-Uni
Brexit : Elizabeth II est-elle sortie de sa réserve pour tacler la classe politique ?

Les journaux américains eux se concentrent eux ce matin sur le profil de l'assaillant. Il s'agit d'un Ouzbek de 29 ans qui, selon le New York Times, disposait d'un titre de séjour permanent, la fameuse "carte verte". Il était arrivé là-bas il y a 17 ans, en 2010, il a alors 22 ans. Il a d'abord vécu dans l'Ohio où il a dans un premier temps enchaîné les petits boulots, veilleur de nuit notamment. Sans que l’on sache encore quand, le jeune homme part s’installer à Fort Myers (Floride). Il devient chauffeur de camion et rencontre Kobiljon Matkarov, 37 ans, immigré ouzbek comme lui. "Quand je l’ai connu, c’était un type bien. (...) Il aimait les États-Unis, il semblait chanceux, heureux, et tout avait l’air d’aller bien", a expliqué ce compatriote au New York Times.

Le suspect serait marié et père de deux enfants, a expliqué de son côté Kobiljon Matkarov au Tampa Bay Times. Selon ce quotidien diffusé en Floride, Sayfullo Saipov avait une résidence à Tampa, dans le nord-ouest de l’État. Il repart ensuite dans le nord du pays et s’installe dans le New Jersey, à Paterson, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de New York. Là, il devient chauffeur Uber. La société confirme avoir vérifié ses antécédents mais dit n’avoir constaté aucun problème de sécurité.

La Toussaint en chiffres

L'attentat de New York, il en est très peu question dans vos journaux ici en France, et pour cause, avec le décalage horaire, les quotidiens n'avaient que très peu d'informations hier soir au moment du bouclage. La presse française évoque en revanche très largement la Toussaint et vous trouverez toutes une série de chiffres dans Sud Ouest notamment.
Plus d'un Francais sur 3, 35%,  préfère aujourd'hui l’incinération à l'inhumation. Ils étaient seulement 1% en 1980, c'est plutôt une question d'évolution de la société (les familles sont désormais souvent éparpillées, moins croyantes) dit le quotidien, plus qu'une question financière. En effet, contrairement aux idées reçues, la crémation ne coûte pas moins cher que l'inhumation. Pour l'une comme pour l'autre, il faut en moyenne compter 3 500 euros, hors caveau et concession.

Le Parisien Aujourd'hui en France revient sur cette tradition de la Toussaint, fleurir les tombes. L'an dernier ce sont 5.3 millions de foyers qui ont acheté des fleurs pour fleurir une sépulture, cela  fait presqu'un sur cinq. Le plus souvent , ce sont des chrysanthèmes, dans plus de sept cas sur dix. Pourquoi ? Et bien parce que ce sont quasiment les seules fleurs qui fleurissent à cette époque de l'année.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Angleterre Maisons de retraite Seniors
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790760635
Une mère de 98 ans emménage en maison de retraite pour s'occuper de son fils de 80
Une mère de 98 ans emménage en maison de retraite pour s'occuper de son fils de 80
REPLAY - L’amour d’une mère n’a pas d’âge. Cette femme de Liverpool l’a prouvé en emménageant dans une maison de soins pour s’occuper de fils de 80 ans à 98 ans.
https://www.rtl.fr/actu/international/une-mere-de-98-ans-emmenage-en-maison-de-retraite-pour-s-occuper-de-son-fils-de-80-7790760635
2017-11-01 10:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/wsdBtYX25k1KA6438AAZnw/330v220-2/online/image/2017/1101/7790761178_une-maison-de-retraite-image-d-illustration.jpg