4 min de lecture Turquie

Attentat à Istanbul : ce que l'on sait de l'attaque dans une discothèque

Au moins 39 personnes, dont 15 étrangers, ont été tuées et 65 blessées dans une attaque contre une célèbre discothèque d'Istanbul où plusieurs centaines de personnes fêtaient le réveillon du Nouvel an, dans la nuit de samedi 31 décembre à dimanche 1er janvier 2017.

L'attaque de la discothèque "la Reina" à Istanbul a fait 39 morts, dont 15 étrangers, dans la nuit du samedi 31 décembre 2016.
L'attaque de la discothèque "la Reina" à Istanbul a fait 39 morts, dont 15 étrangers, dans la nuit du samedi 31 décembre 2016. Crédit : Halit Onur Sandal/AP/SIPA
Marie Demeulenaere
et AFP

Le réveillon de la Saint-Sylvestre a tourné au drame à Istanbul, à la suite de l'attaque de la discothèque La Reina à 1h15 dans la nuit de samedi 31 décembre à dimanche 1er janvier. Le bilan provisoire fait état de 39 morts et 65 blessés, dont 4 grièvement. Plusieurs personnes sont toujours disparues. Un homme déguisé en père Noël a ouvert le feu sur les 700 personnes venues fêter le réveillon dans cette boite de nuit huppée de la ville, située à quelques mètres de la cérémonie officielle du réveillon.

Pour l'instant, l'attaque n'a pas été revendiquée et plusieurs avis divergent sur le nombre exact d’assaillants. Le seul meurtrier connu a réussi à s'échapper et il est activement recherché par les forces de l'ordre turques. Voici les informations actuellement connues sur cette attaque, que le gouverneur d'Istanbul Vasip Sahin, a qualifié d'"attentat terroriste." Quant au président turc Recep Tayyip Erdogan, il a affirmé que cette fusillade visait à "semer le chaos dans le pays". Dans un communiqué publié par la présidence, il a déclaré : "Ils œuvrent pour détruire le moral du pays et semer le chaos en ciblant des civils avec de telles attaques haineuses" 

Au moins 39 morts, dont 15 étrangers, et 65 blessés

A 1h15 dimanche 1er janvier 2017, un assaillant armé d'un fusil d'assaut surgit devant la boîte de nuit Le Reina, au cœur d'Istanbul dans le quartier de Besiktas, et ouvre le feu sur les personnes qui se trouvent devant l'entrée, selon le gouverneur d'Istanbul Vasip Sahin. 

Après être entré dans la discothèque, l'assaillant tire au hasard sur la foule, tuant au moins 39 personnes, dont 15 étrangers, et faisant 65 blessés, selon le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu. "D'une façon sauvage et impitoyable, il a mitraillé des personnes qui étaient simplement venues célébrer le Nouvel An", a déclaré Vasip Sahin. Selon la chaîne d'information NTV, plusieurs personnes ont plongé dans le Bosphore pour échapper aux coups de feu. 

Trois Français parmi les blessés

À lire aussi
Le Pape François célèbre la messe de Pentecôte sur la place Saint-Pierre de Rome en 2019 religions
Sainte-Sophie : le pape se dit "très affligé" que la Turquie transforme la basilique en mosquée

Parmi les victimes, trois Français ont été blessés, a déclaré dimanche le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault dans un communiqué. "Nous sommes en contact avec les autorités turques qui sont en train de procéder à l'identification des corps. A ce stade, nous déplorons trois blessés de nationalité française", souligne le ministre, qui "condamne la lâche et odieuse attaque" sans donner plus de détail sur l'état de santé de ses ressortissants.

Un tueur déguisé en père Noël

Le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu a déclaré que "le terroriste" était toujours recherché par la police, semblant indiquer qu'il n'y avait qu'un seul assaillant. Les médias turcs avaient dans un premier temps fait état d'"au moins un" tireur déguisé en père Nöel. Des témoins cités par l'agence de presse Dogan ont rapporté l'avoir entendu s'exprimer en arabe, mais cela n'a pas été confirmé par les autorités. 

Une boîte de nuit huppée et très connue des touristes

Le Reina est une emblématique discothèque d'Istanbul, située à Ortaköy, un quartier du district de Besiktas, sur la rive européenne de la ville. C'est un haut lieu de la vie nocturne à Istanbul prisé de la jeunesse branchée, des célébrités et des touristes étrangers. Situé au bord du Bosphore dans la partie européenne d'Istanbul, le club, qui a ouvert en 2002, est aussi accessible par bateau directement depuis le détroit. Il faut généralement montrer patte blanche pour y passer la soirée et trouver grâce aux yeux des videurs qui ne laissent entrer que des clients triés sur le volet. Selon l'agence de presse turque Dogan, elle accueillait au moins 700 personnes venues célébrer le passage à la nouvelle année.

Le Reina est situé à quelques centaines de mètres de l'endroit où avaient eu lieu les célébrations officielles du Nouvel An, au bord du Bosphore. La vue depuis la terrasse est spectaculaire avec l'un des trois imposants ponts qui enjambent le Bosphore situé juste au-dessus et les lumières de la rive asiatique qui scintillent au loin. L'histoire de ce pont est déjà associée à l'un des épisodes les plus violents qu'a vécu la Turquie, puisqu'il a été le théâtre d'affrontements entre soldats factieux et manifestants pendant la tentative de putsch du 15 juillet dernier. Cette date est d'ailleurs devenue depuis le nom officiel du pont. 

Une année 2016 sanglante en Turquie

L'attaque n'a pas encore été revendiquée, mais la Turquie a été la cible de nombreux attentats attribués à l'EI ou liés à la rébellion séparatiste du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui ont notamment frappé Istanbul et Ankara. Pourtant, après une année 2016 sanglante, les autorités turques étaient sur leurs gardes en ce jour de réveillon et 17.000 policiers avaient été déployés en ville. 

Membre de la coalition internationale qui combat l'EI en Syrie et en Irak, la Turquie a déclenché en août une offensive dans le nord de la Syrie pour repousser les jihadistes vers le Sud, mais aussi les milices kurdes syriennes. Des rebelles syriens soutenus par l'armée turque assiègent depuis plusieurs semaines la ville d'Al-Bab, un fief de l'EI dans le nord de la Syrie. En réaction à ces opérations militaires, l'EI a à plusieurs reprises menacé d'attentats la Turquie, devenue une des principales cibles des jihadistes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Turquie Istanbul Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants