1 min de lecture Migrants

Tunisie : 34 corps retrouvés après le naufrage d'une embarcation de migrants

23 femmes, 9 hommes, et deux enfants ont perdu la vie lors du naufrage d'une embarcation clandestine, au large des îles Kerkennah en Tunisie.

Des migrants sur une embarcation en janvier 2020 (illustration)
Des migrants sur une embarcation en janvier 2020 (illustration) Crédit : Handout / TURKISH DEFENCE MINISTRY / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

C'est un drame qui fait froid dans le dos. 34 corps, en majorité des femmes, ont été retrouvés au large des îles Kerkennah en Tunisie, ces mardi 9 et mercredi 10 juin, après le naufrage d'une embarcation clandestine de migrants, a indiqué le tribunal de la ville de Sfax. Des pêcheurs avaient alerté les autorités après avoir découvert les corps flottant au large de l'archipel de Kerkennah, près de la ville portuaire située dans le centre-est du pays.

Mardi, 22 corps ont été retrouvés, et douze autres mercredi, portant le bilan à 34, dont 23 femmes, 9 hommes, et deux enfants d'environ trois ans, a indiqué à l'AFP Mourad Turki, porte-parole du tribunal de la ville. Le capitaine de l'embarcation, un Tunisien de 48 ans, originaire Sfax, fait partie des victimes, a-t-il précisé, et le tribunal a conclu à un "naufrage".

Les recherches se poursuivent avec l'appui de la marine tunisienne et des garde-côtes. Selon des témoignages recueillis par les autorités, les morts se trouvaient probablement à bord d'une embarcation clandestine partie de la région de Sfax en direction de l'Italie dans la nuit du 4 au 5 juin, avec 53 personnes à bord.

Les départs clandestins ont explosé en Tunisie

La majorité des passagers étaient originaires d'Afrique subsaharienne selon les premières conclusions médico-légales et les témoignages d'autres candidats à l'exil. Après des prélèvement ADN, "les préparatifs sont en cours pour leur inhumation dans des cimetières de Sfax", a ajouté le directeur régional de la santé Ali Ayadi.

À lire aussi
Un uniforme de police (illustration) police
Hautes-Alpes : deux policiers aux frontières condamnés

Une enquête a été ouverte pour identifier les organisateurs de cette traversée clandestine. "Cette tragédie est la conséquence inévitable de la politique migratoire restrictive de l'Union européenne", a estimé l'ONG Forum tunisien des droits économiques et sociaux, déplorant " une approche sécuritaire plutôt qu'une gestion humaine notamment au vu de la situation (...) en Libye".

Les départs clandestins des côtes tunisiennes ont augmenté de 156%, entre janvier et fin avril, comparé à la même période l'an dernier, avait indiqué à l'AFP mi-mai le Haut-Commissariat aux Réfugiés de l'ONU (HCR).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Mer Mort
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants