2 min de lecture États-Unis

Trump a bien demandé au président ukrainien d'enquêter sur Biden

La Maison Blanche a publié mercredi 25 septembre la transcription de l'appel entre Donald Trump et le président ukrainien, au centre de la procédure de destitution lancée hier par les démocrates.

>
Donald Trump : ce que le président américain a dit à son homologue ukrainien Crédit Image : SAUL LOEB / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

La Maison Blanche a déclassifié mercredi la conversation téléphonique (à lire ci-dessous en anglais) entre Donald Trump et son homologue ukrainien. Au cœur de l'affaire dite "ukrainienne", cet appel confirme que le président américain a bien demandé à Volodymyr Zelensky d'enquêter sur l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors du scrutin de 2020.

"On parle beaucoup du fils de Biden et du fait que Biden ait arrêté l'enquête et beaucoup de gens veulent en savoir plus sur le sujet, donc cela serait formidable si vous pouviez vous pencher dessus", dit-il à Volodymyr Zelensky lors de cet échange le 25 juillet. 

Donald Trump propose à cette occasion à son homologue ukrainien de travailler en coopération avec son avocat Rudy Giuliani et avec le ministre américain de la Justice Bill Barr. 

Une procédure de destitution lancée

À quelques 400 jours de la prochaine présidentielle, les démocrates ont lancé mardi la première étape de la mise en accusation solennelle de Donald Trump. "Les actes de la présidence Trump révèlent des faits déshonorants, à savoir la trahison par le président de son serment, la trahison de notre sécurité nationale et la trahison de l'intégrité de nos élections. Le président doit rendre des comptes. Personne n’est au-dessus de la loi", a annoncé mardi la présidente de la Chambre Nancy Pelosi.

À lire aussi
Donald Trump, le 20 novembre 2019 Donald Trump
Les infos de 18h - Destitution : Trump mis en cause par un témoin direct, un tournant

Une procédure rare et explosive qui a peu de chances d'aboutir à sa destitution, mais projette une ombre sur sa campagne de réélection. Alertés par un mystérieux lanceur d'alerte, les démocrates le soupçonnent en effet d'avoir fait pression sur les autorités ukrainiennes pour les forcer à enquêter Joe Biden, ce que Trump a toujours réfuté. 

"Il n'y pas eu la moindre pression"

"Vous verrez qu'il s'agissait d'un appel amical et en tous points convenable", a-t-il poursuivi. "Aucune pression, et, contrairement à Joe Biden et son fils, aucune contrepartie!". Mercredi encore, son appel pourtant rendu public, il l'assurait : "il n'y pas eu la moindre pression" sur l'Ukraine. 

Se disant victime d'une "chasse aux sorcières de caniveau", Donald Trump va tenter mercredi de déconstruire leur argumentaire et de prouver que ses échanges avec Kiev étaient parfaitement "irréprochables". Mardi, il s'était engagé à publier le compte-rendu de la fameuse conversation téléphonique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Ukraine Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants