2 min de lecture International

Syrie : un civil tué au lendemain d'un attentat

Un civil a été tué dimanche 17 novembre, le lendemain d'un attentat dans la même ville au nord de la Syrie.

Un convoi militaire turc au nord de la Syrie, le 27 octobre 2019
Un convoi militaire turc au nord de la Syrie, le 27 octobre 2019 Crédit : Nazeer Al-khatib / AFP
Lilas Fournier et AFP

Les violences ne s’arrêtent pas en Syrie. Huit ans après le début du conflit sur le territoire et ses 370.000 victimes, un civil a perdu la vie dimanche 17 novembre à Al-Bab, à une heure de route d’Alep, contrôlée par des forces pro-Ankara.

Il a été tué lors de heurts entre manifestants et policiers, après l'arrestation d'un suspect d'un attentat meurtrier commis la veille, selon les informations de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
 
19 personnes, dont 13 civils, ont été abattus le samedi 16 novembre dans un attentat à la voiture piégée dans la même ville syrienne. "La police locale de la ville a arrêté dans la nuit de samedi à dimanche un suspect, après vérification des caméras de surveillance sur les lieux, et l'a emmené à son QG, en vue de le livrer à l'armée turque", a rapporté Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, à l'AFP. L’attentat n’a cependant pas été revendiqué.

Théâtre de violences

Cet événement a provoqué la colère de la population. Plusieurs centaines d’habitants se sont rendus devant le QG de la police pour manifester. Certains ont essayé de pénétrer par la force dans le bâtiment afin que le suspect soit exécuté dans leur ville. Pour disperser les habitants, la police a tiré en l’air ce qui a entraîné la mort d’un civil et a blessé un autre, toujours selon l’Observatoire.

 
La Turquie a immédiatement accusé samedi 16 novembre la principale milice kurde syrienne (YPG) d’être la cause principale de l’attentat, qu’elle qualifie d’ailleurs de "terroriste". Sur Twitter, le ministère turc de la Défense a déclaré avoir arrêté l’auteur de l’attaque dimanche 17 novembre.
 
Les habitants d’Al-Bab sont tragiquement touchés par les nombreux événements qui conspirent dans cette ville du nord du territoire. Théâtre de violences et anciennement fief du groupe jihadiste Etat islamique, la ville a été récupérée il y a deux ans par les forces turques aidées de supplétifs syriens, comme l’explique l'Observatoire.
 

Si l’Etat islamique a été vaincu en mars dans son dernier fief en Syrie, le groupe a depuis muté en organisation clandestine, organisant des attentats meurtriers dans plusieurs régions du pays. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Conflit Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants