2 min de lecture Manifestations

"Gilets jaunes" : le préfet de police de Paris dénonce "l'attitude scandaleuse des manifestants"

264 personnes ont été interpellées à Paris durant les contestations des "gilets jaunes". Le préfet de police de Paris regrette les "attaques" perpétuées contre le mobilier urbain et les forces de l'ordre.

Des forces de sécurité à la manifestation des "gilets jaunes", le 16 novembre 2019.
Des forces de sécurité à la manifestation des "gilets jaunes", le 16 novembre 2019. Crédit : PHILIPPE LOPEZ / AFP
Lilas Fournier et AFP

Le premier anniversaire des “gilets jaunes” est marqué ce samedi 16 novembre par des violences dans certains quartiers de Paris. Le mouvement souhaitait redonner un regain d’énergie à ses contestations sociales. Mais l’une des trois manifestations parisiennes, qui devait partir du XIIIe arrondissement, a été interdite ce samedi à 14 heures, par la préfecture de police.

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a accusé certains manifestants d'"attaques systématiques contre les forces de sécurité mais également contre les sapeurs-pompiers" sur la place d'Italie, dans la capitale, lors d’un point presse donné vers 15 heures.

Des voitures ont été renversées et des poubelles incendiées du côté de la rive gauche. Certains manifestants vêtus de noir s’en sont pris à une agence de la banque HSBC, en lançant des projectiles sur les vitres. Des abris bus ont également été la cible des casseurs, ainsi qu’une résidence hôtelière voisine au centre commercial Italie 2, attaquée à coups de pavés.

"Ils ne partiront pas en toute impunité"

La préfecture a dénoncé sur Twitter l'"attitude scandaleuse des manifestants qui ont jeté des pavés sur les pompiers de Paris et retardé leur intervention place d'Italie". Le chef de la police a ajouté que la destruction du mobilier urbain a été perpétué par "des individus qui n'étaient pas venus défendre une cause".

À lire aussi
Des embouteillages sur le périphérique parisien (illustration) manifestations
EN DIRECT - Grève du 6 décembre : 354 km de bouchons en Île-de-France à 8h30

Les forces de l’ordre ont tenté en début d’après-midi de disperser ces petits groupes de casseurs, en les chargeant, les aspergeant de gaz lacrymogènes et en utilisant un canon à eau. La situation a depuis été fixée selon le policier qui a indiqué qu’un "couloir de sortie" avait été ouvert. Par ces propos, il souhaitait encourager les manifestants "encore de bonne foi au sein de cette manifestation" à l'emprunter "sans délai".

"Notre réponse sera très ferme vis à vis de ces casses et de ces destructions. Tout l'après-midi nous allons nous employer à interpeller ces casseurs. Ils ne partiront pas en toute impunité", a twitté le préfet. Au total, 264 personnes ont été interpellées à Paris, selon Didier Lallement à 16 heures.

Le président suit la manifestation avec attention

Le palais présidentiel a réagi, indiquant à BFMTV que "Emmanuel Macron suit avec attention ce qui se passe à Paris". "Le Président constate qu'il n'y a pas beaucoup de 'gilets jaunes' place d'Italie, mais surtout des casseurs", a précisé cette même source.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Gilets jaunes Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants