1 min de lecture Daesh

Syrie : la mort d'un bébé britannique, "tache sur la conscience du gouvernement"

Le gouvernement britannique faisait samedi l'objet de vives critiques au Royaume-Uni après l'annonce la veille de la mort en Syrie du bébé de Shamima Begum, déchue de sa nationalité britannique en février pour avoir rejoint le groupe État islamique (EI) en 2015.

Un bombardement le 2 mars 2019 à Baghouz, dans l'est de la Syrie
Un bombardement le 2 mars 2019 à Baghouz, dans l'est de la Syrie Crédit : Delil Souleiman / AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et AFP

Shamina Begum, 19 ans, avait demandé à rentrer au Royaume-Uni avec son fils Jarrah auquel elle avait donné naissance en février. Le gouvernement avait refusé. Le ministre de l'Intérieur Sajid Javid avait alors précisé que le bébé, dont la mère ne voulait pas se séparer, disposait de la nationalité britannique mais qu'il serait "extrêmement difficile" de permettre son rapatriement depuis la Syrie. 

"Un enfant innocent est décédé des suites de la déchéance de nationalité d'une Britannique. C'est insensé et inhumain", a écrit sur Twitter Diane Abbott, membre du Parti travailliste, et ministre de l'Intérieur au sein du cabinet fantôme. 

L'ONG Save The Children a également étrillé l'exécutif, estimant que la mort de cet enfant "aurait pu être évitée". Elle a appelé le Royaume-Uni à "prendre ses responsabilités pour ses ressortissants présents dans le nord-est de la Syrie", où est actuellement menée une offensive contre l'ultime bastion de l'EI.  

Shamima Begum déchue de la nationalité britannique

Shamima Begum, originaire de l'est de Londres, avait donné naissance à son troisième enfant dans un camp de réfugiés du nord-est de la Syrie après avoir fui le dernier réduit de l'EI à Baghouz. Elle avait indiqué qu'elle refuserait qu'il soit séparé d'elle pour être rapatrié tout seul au Royaume-Uni.  

À lire aussi
Un soldat français au Mali (Illustration) terrorisme
Militaires français tués au Mali : Daesh affirme être responsable de l'accident

Le porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Moustafa Bali, n'a donné aucune précision sur les causes de la mort du fils de la jeune femme de 19 ans qui a été déchue en février de sa nationalité britannique pour des "raisons de sécurité". 

>
Syrie : dernier bout de territoire tenu par le groupe EI à Baghouz Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Free Burma Rangers / AFP | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Syrie Grande-Bretagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants