2 min de lecture Guerre

Syrie : à Baghouz, des milliers de civils libérés de Daesh

Coup de projecteur sur la dernière offensive contre l'État islamique en Syrie. À quoi ressemble le village de Baghouz, dans le sud-est de la Syrie, cette dernière poche détenue par les jihadistes de Daesh ?

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Syrie : à Baghouz, des milliers de civils libérés de Daesh Crédit Image : RTL / Emilie Baujard / Jonathan Griveau | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Émilie Baujard
Emilie Baujard édité par Leia Hoarau

C'est un village au milieu du désert qui s'étend sur 2 km², aujourd'hui presque totalement détruit par les frappes de la coalition. De loin, on peut voir des camions, des civils qui attendent pour sortir et se mettre à l'abri derrière les lignes kurdes. Les jihadistes, eux, sont terrés dans des tunnels.

Par moment, on entend passer les avions de la coalition, qui font des opérations de reconnaissance. Car ces dernières jours, les kurdes ont accepté de faire une pause dans les combats pour permettre à un maximum de civils de sortir du village assiégé. Il s'agit surtout de femmes et d'enfants... Ils arrivent à pied avec presque rien, parfois un sac ou une couverture. La plupart n'ont pas mangé depuis plusieurs jours, certains sont malades, d'autres blessés. 

Cette femme, recouverte d'un long voile noir, est avec sa mère et ses 6 enfants. "On ne pouvait pas sortir, on était retenus là-bas. On a essayé une fois de s'échapper mais il n'y avait pas de voiture pour nous emmener donc on a dû revenir. La situation est terrible là-bas". 

À côté d'elle, un enfant souffre visiblement de malnutrition sévère, un autre mange des spaghettis crus. Autour d'eux, il y a des centaines de personnes, toutes dans la même détresse. Encerclés par des soldats des forces démocratiques syriennes, elles attendent de partir vers des camps en camion à 5h de route de là.

Parmi ces personnes, des jihadistes

À lire aussi
La tombe d'un soldat français (illustration) hommage
Monument aux morts en Opex : pourquoi il est important, selon Olivier Bost

Ce sont ceux qui ont accepté de se rendre. Nous n'avons pas le droit de les approcher. Ils sont une centaine en file indienne. On voit au loin qu'ils sont fouillés puis embarqués dans des camions, puis interrogés à l’écart des journalistes par les forces américaines et françaises.

Mais il y aussi les femmes de combattants. Il y en a beaucoup, notamment des étrangères. Nous avons rencontré une jeune fille de 23 ans. On ne voit que ses yeux et ses lunettes. Son visage est caché derrière un long voile noir. Elle dit venir de Tunisie et être arrivé en Syrie il y 5 ans. Elle a finalement accepté de se rendre. Comme toutes les autres, elle sera conduite dans un camp pour une durée indéterminée. 9.000 personnes ont été évacuées de Baghouz depuis le 1er février.

Combien reste-t-il de jihadistes dans la ville ?

Difficile à dire, sûrement plusieurs centaines. Comme à Raqqa et Mossoul, ils se terrent dans des tunnels et mènent des contre-attaques meurtrières. "Ils ont plusieurs techniques : kamikazes, mines sur les routes, voitures piégées", explique Adnan Afrin, le porte-parole des forces démocratiques syriennes. "On a pris l'habitude de ce genre d'attaques. Là, il reste surtout des combattants européens et ils font tout pour nous ralentir. C'est pour ça qu'ils gardent tous ces civils avec eux. Et on pense qu'il y a aussi des chefs importants de l'État islamique".

Une fois les civils évacués, les bombardements de la coalition reprendront. L'issue de la bataille de Baghouz ne fait guère de doute. Mais les forces arabo-kurdes s'inquiètent déjà des cellules dormantes de l'État islamique. Il y en aurait plusieurs milliers en Syrie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guerre Daesh Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants