1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Suède : pourquoi la Première ministre n'est restée que 8 heures au pouvoir
3 min de lecture

Suède : pourquoi la Première ministre n'est restée que 8 heures au pouvoir

ÉCLAIRAGE - Élue l'espace de quelques heures première femme Première ministre de Suède, Magdalena Andersson aura été la victime d'un jeu de domino politique.

Magdalena Andersson, alors qu'elle est élue première femme Premier ministre de Suède, à Stockholm le 24 novembre 2021.
Magdalena Andersson, alors qu'elle est élue première femme Premier ministre de Suède, à Stockholm le 24 novembre 2021.
Crédit : Erik SIMANDER / TT NEWS AGENCY / AFP
Thomas Pierre & AFP

À plus d'un titre, ce mercredi 24 novembre restera comme une journée historique en Suède. Élue première femme Premier ministre de Suède, la sociale-démocrate Magdalena Andersson a été contrainte à la démission après moins de huit heures. La raison ? sa coalition gouvernementale s'est délitée en quelques heures seulement. 

Après le départ de ses alliés écologistes, la nouvelle chef de gouvernement a dû prendre une décision radicale. "Il y a une pratique constitutionnelle voulant qu'un gouvernement de coalition démissionne lorsqu'un parti le quitte. Je ne veux pas diriger un gouvernement dont la légitimité est remise en cause", a-t-elle déclaré. 

Après plusieurs jours de négociations délicates, Magdalena Andersson aura a en effet été la victime d'un douloureux jeu de domino politique. Au soir de ce règne avorté, l'éphémère dirigeante a tout de même dit espérer être réélue à son poste lors d'un vote ultérieur, avec un gouvernement cette fois 100% social-démocrate.

Un jeu de domino politique

Une consécration puis une chute instantanée débutée la veille. Mardi soir, cette économiste de 54 ans, jusqu'ici ministre des Finances de son prédécesseur Stefan Löfven, s'était assurée in extremis les soutiens nécessaires pour arriver au pouvoir, grâce à un accord de la dernière heure avec le parti de Gauche pour augmenter les petites retraites.

À lire aussi

Mais un autre parti clé, le parti du Centre, mécontent des concessions faites à l'aile gauche, lui a retiré son soutien pour le budget, sans pour autant bloquer son accession au pouvoir.
Conséquence: le même Parlement qui l'avait élue dans la matinée a mis son budget en minorité dans l'après-midi, et adopté celui de l'opposition de droite, préparé pour la première fois avec l'extrême-droite des Démocrates de Suède (SD).

"Magda" Andersson avait dit pouvoir s'en accommoder. Mais pour son allié écologiste, seul autre parti de la coalition gouvernementale minoritaire, il était inacceptable de gouverner avec une loi de finances portant le sceau de l'extrême-droite. Peu après la défaite budgétaire, le parti écologiste a donc annoncé son départ du gouvernement, contraignant Magdalena Andersson à rendre son tablier à peine acquis. 

Une réputation de "bulldozer"

Un camouflet pour cette femme politique à la réputation de "bulldozer". Ministre des Finances pendant sept ans, cette diplômée de la plus grande école de commerce de Suède, qui se définit comme une "femme sympa et travailleuse" aimant décider, a une réputation de femme à poigne, au ton direct, qui déstabilise souvent dans une Suède policée. 

"Des gens ont même dit qu'ils avaient peur d'elle, ce qui est assez drôle quand cela vient de professeurs d'économie ou de politologues d'élite", avance le journaliste Anders Lindberg, chef du service politique du quotidien Aftonbladet. La télévision publique SVT avait récemment intitulé "Le bulldozer" une émission à son sujet.

Proche de son prédécesseur, Magdalena Andersson a un parcours singulièrement différent. "Elle aime bien se présenter aujourd'hui comme un bon petit soldat qui a organisé les pauses café et beurré les sandwiches aux réunions de parti. Mais elle vient d'une élite intellectuelle", résume Jonas Hinnfors, professeur de sciences politiques à l'Université de Göteborg.

Championne de natation

Née à Uppsala, capitale académique de Suède, cette fille unique d'un universitaire et d'une enseignante s'illustre d'abord dans les bassins, où elle se fait remarquer par sa détermination et finit championne de Suède junior de natation.

En parallèle de brillantes études, la "Handels" de Stockholm (équivalent suédois de HEC), complétée par un passage à Harvard, elle plonge dans le militantisme social-démocrate. Membre de la branche jeunesse depuis ses 16 ans, elle devient collaboratrice du Premier ministre Göran Persson en 1996 et alterne les postes de haut fonctionnaire et au sein du parti. 

Sous son style BCBG, la quinquagénaire, mariée à un professeur de "Handels" et mère de deux enfants, recèle quelques surprises. À l'image de sa chanson préférée: "B.Y.O.B" du groupe de heavy metal System of a Down.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/