1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. REPORTAGE - Ukraine : "On se bat contre des monstres", confient les soldats de retour du front
2 min de lecture

REPORTAGE - Ukraine : "On se bat contre des monstres", confient les soldats de retour du front

Après quasiment deux mois de combats, aucune trêve n'est en vue. Et ce, alors que les orthodoxes célèbrent les fêtes de Pâques ce week-end du 23 et 24 avril.

Un véhicule détruit, sur une route près de Propasna (est de l'Ukraine).
Un véhicule détruit, sur une route près de Propasna (est de l'Ukraine).
Crédit : RONALDO SCHEMIDT / AFP
REPORTAGE - Ukraine : "On se bat contre des monstres", confient les soldats de retour du front
00:01:51
Vincent Serrano - édité par Benoît Leroy

Les combats continuent dans l'est du pays, malgré les fêtes de la Pâques que célèbrent les orthodoxes. Le 18 avril dernier, Moscou a lancé la deuxième phase de son invasion pour tenter de prendre le contrôle de l'est et du sud de l'Ukraine. Réclamée, la trêve n'aura pas lieu ce week-end du 23 au 24 avril.

C'est à l'arrière d'une maison de plain-pied que Ditt pose sa mitraillette contre le mur, sous un épais voile noir et vert. Il s'assied un long moment sur une chaise blanche en plastique, après deux semaines passées sur le front. "Ce que vous devez comprendre, c'est que l'on se bat contre des monstres. Ce qu'on vient de vivre est indescriptible. Ces monstres font tout un tas d'horreurs pour répandre le chaos sur l'Ukraine. On se battait contre le groupe Wagner et les hommes de Kadyrov (dirigeant tchétchène, ndlr) et, croyez-moi, ces hommes sont pires que des chiens", raconte avec force celui qui revient des combats.

Derrière lui, Igor, l'un de ses soldats, enlève sa casquette et se gratte le crane. "Popasna, la ville d'où l'on vient est une terre de désolation. Il n'y a que des rues désertes et les corps qui jonchent le sol sont mangés par les chiens. Ce qu'ils font, c'est le génocide de l'Ukraine", dénonce-t-il. Alexander, vient alors à lui et prend le relais en lui posant la main sur l'épaule.

"Je suis l'aumônier, j'absorbe la souffrance mais, aujourd'hui, je ne peux plus." Et de poursuivre en se souvenant d'hommes et de femmes "démembrés" retrouvés "dans des sacs aux coins des maisons". "Il y a le bien et le mal en chacun de nous, mais les soldats (ukrainiens, ndlr) se battent contre ce que l'Humanité a engendré de pire", estime-il.

À lire aussi

Leur repas est déjà prêt, cuisiné par des femmes du quartier. Des obus et des lance-roquettes sont déjà dans le coffre, les nuits vont être courtes. Dans tous les cas, un seul coup de fil suffit pour les renvoyer sur le champ de l'horreur.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/