2 min de lecture Iran

Le puissant général iranien Soleimani, tué par une frappe américaine en Irak

Qassem Soleimani a été tué vendredi dans un raid américain à Bagdad, une "escalade extrêmement dangereuse" selon l'Iran.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Un puissant général iranien tué dans des frappes américaines à Bagdad Crédit Image : Crédit Pool / Iranian Supreme Leader Pr / ANADOLU AGENCY | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Félix Roudaut

Le Pentagone a confirmé dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 janvier avoir tué le général iranien Qassem Soleimani, mort dans un bombardement à Bagdad, sur ordre de Donald Trump. L'Histoire retiendra peut-être ce jour comme un moment de bascule. C'est probablement la décision la plus importante prise par le président américain, car elle peut être très lourde de conséquences.

Le Pentagone a souligné que le locataire de la Maison Blanche sait qu'il prend le risque de déclencher une guerre avec l'Iran, même s'il ne le souhaite pas. Aucun de ses prédécesseurs n'avait osé prendre un tel risque. Or le régime iranien, malgré les sanctions économiques qui pèsent sur lui, est bien plus puissant que l'Irak de Saddam Hussein il y a 17 ans.


Pour justifier cette opération, le Pentagone a affirmé que Qassem Soleimani préparait de nouvelles attaques contre les Américains. Or l'homme a déjà beaucoup de sang américain sur les mains. Donald Trump réplique également à une série de provocations iraniennes, comme des attaques de pétroliers ou les frappes sur des installations stratégiques de pétrole en Arabie saoudite. Jusqu'ici, il avait menacé l'Iran, mais derrière les mots, il avait fait preuve de retenue pour éviter une guerre.

Un message limpide et humiliant

Les milices pro-iraniennes ont attaqué récemment des soldats américains avant de s'en prendre mardi 31 décembre 2019 à l'ambassade américaine en Irak. La frappe contre Qassem Soleimani constitue cette fois-ci une réplique claire. Le message envoyé à Téhéran est en effet limpide et humiliant.

À lire aussi
Fariba Adelkhah, en 2012. Iran
Fariba Adelkhah, chercheuse française détenue en Iran, a été hospitalisée

Sur les questions extérieures, Qassem Soleimani était l'homme le plus puissant derrière le Guide de la Révolution Ali Khamenei. Il était même plus influent que le président Hassan Rohani. Qassem Soleimani faisait partie du clan des "durs" et était considéré comme un héros pour les partisans de la révolution islamique.

Une guerre peut-elle se déclencher ?

Qassem Soleimani a dirigé pendant plus de 20 ans les unités d'élite des Gardiens de la Révolution. Le natif de Rabor a permis à l'Iran de reprendre la main en Irak, en Syrie et au Liban. Téhéran est en effet redevenu un acteur régional majeur et c'est d'ailleurs ce qui inquiète l'Arabie saoudite, Israël et les États-Unis.

Cette escalade peut-elle conduire à une guerre ? Il est trop tôt pour le dire, mais cela va dépendre de la réponse de Téhéran apportée à la frappe américaine. À n'en pas douter les mots seront très fermes, mais vont-ils aller jusqu'à engager une riposte qui risquerait de pousser les États-Unis vers la guerre ?

De son côté, Donald Trump assume ce risque de guerre. Le président américain a simplement tweeté il y a quelques heures l'image d'un drapeau américain. Un de ses soutiens au Sénat laisse entendre que des installations pétrolières iraniennes pourraient être frappées. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Iran États-Unis Irak
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants