2 min de lecture International

États-Unis : Donald Trump peut-il frapper l'Iran ?

Le président des États-Unis ne met pas en doute l'implication de l'Iran dans les attaques qui ont touché l'Arabie Saoudite ce week-end, il se demande même s'il doit attaquer Téhéran.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
États-Unis : Donald Trump peut-il frapper l'Iran ? Crédit Image : JIM WATSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Nicolas Barreiro

Deux stations pétrolières ont été frappées ce week-end par des attaques de drones et de missiles, revendiquées par les rebelles yéménites. Donald Trump émet tout de même des doutes sur l'implication de l'Iran.

Après la hausse la plus brutale des prix du pétrole depuis la première Guerre du Golfe en 1991, Donald Trump se demande s'il doit attaquer l'Iran. Et il est face à un dilemme, c’était assez frappant en l’écoutant il y a quelques heures répondre à des journalistes dans le bureau ovale. 

D’abord il n’accuse pas directement l’Iran, tout en laissant entendre que c’est bien l’Iran, mais sans le dire clairement. Il émet de la prudence et prend des précautions, alors que ses services de renseignement ont conclu que l’opération a été lancée depuis le territoire iranien, et que ce niveau de sophistication est inédit.  

Les journalistes lui demandent si une intervention militaire est possible, et là, encore une fois il souffle le chaud et le froid : "je ne veux de guerre avec personne, mais nous avons l’armée la plus forte du monde, mais je ne veux de guerre avec personne, mais nous avons les meilleurs avions de chasse, les meilleurs missiles, mais nous aimerions éviter la guerre". 

Entre prudence et faiblesse

À lire aussi
30 sarcophages vieux de 3.000 ans ont été découverts en  Égypte Égypte
Égypte : rare découverte de 30 sarcophages, vieux de 3.000 ans

On comprend donc qu'il ne compte pas frapper l'Iran, d’ailleurs il n’exclut pas de rencontrer le président iranien qui lui dit toujours non. En fait Donald Trump est pris dans une contradiction.

Déjà en juin, il avait raconté avoir ordonné des frappes, puis d’avoir tout interrompu 10 minutes avant qu’elles ne soient lancées. À la fois il veut montrer sa force, en utilisant un vocabulaire guerrier. Et en même temps il ne veut surtout pas se laisser embarquer dans un conflit au Moyen Orient. C'est ce qu'il le dit depuis sa campagne, il trouve que ces guerres coûtent trop cher et affaiblissent l’Amérique. Et il veut donc rester fidèle à sa promesse.

Mais cette prudence, c’est exactement ce qu’il reprochait au président Obama. Il lui faisait le reproche d’être trop hésitant, par exemple, de ne pas être intervenu en Syrie en 2013 avec la France. Il disait que les ennemis de l’Amérique profitent de cette faiblesse. Mais il partage avec son prédécesseur un instinct de prudence. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Diplomatie États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants