1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Proche-Orient : échauffourées entre pro-Israéliens et pro-Palestiniens à Montréal
2 min de lecture

Proche-Orient : échauffourées entre pro-Israéliens et pro-Palestiniens à Montréal

"L'intolérance, la violence et l'antisémitisme n'ont pas de place chez nous", a réagi la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La police de Montréal (illustration).
La police de Montréal (illustration).
Crédit : Andrej Ivanov / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault
Journaliste

Samedi 15 mai, un rassemblement pro-Palestiniens avait réuni des milliers de personnes dans le calme sur une place de Montréal, au Canada. Le lendemain, ce sont les pro-Israéliens qui se sont à leur tour réunis, sur cette même place, en soutien à l'état hébreu, mais les choses ne se sont pas déroulées de la même façon que la veille.  

En effet, si la manifestation avait débuté dans le calme avec quelques centaines de manifestants qui arboraient des drapeaux israéliens pour exprimer leur solidarité avec Israël, l'ambiance a rapidement dégénéré avec l'arrivée des manifestants pro-Palestiniens. 

La manifestation a alors été déclarée "illégale" par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM). Des policiers anti-émeutes sont intervenus et ont fait usage de gaz lacrymogènes afin de séparer et disperser les manifestants des deux groupes. L'opération policière s'est prolongée pendant une bonne partie de l'après-midi, à la poursuite de manifestants pro-palestiniens qui se dispersaient et se regroupaient dans des rues fréquentées du centre-ville. 

15 interpellations et plus de 70 "constats d'infraction"

Quatre personnes ont été légèrement blessées lors de ces affrontements, un manifestant et trois policiers. Dans la soirée la police a fait état d'un bilan provisoire de 15 interpellations et de plus de 70 "constats d'infraction". Certains groupes ont continué à chercher la confrontation jusque dans la soirée, a précisé une porte-parole du SPVM, qui a précisé que des actes de vandalisme ont été commis et des projectiles lancés sur les policiers.

À lire aussi

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a fermement condamné ces actes de violences sur son compte Twitter, en soulignant que si "on a tous le droit de se réunir pacifiquement et de s’exprimer librement au Canada", "l’antisémitisme, l’islamophobie ou la haine" ne sont quant à eux pas tolérés. La mairesse de la ville, Valérie Plante, a également réagi à ces affrontements en déclarant que "l'intolérance, la violence et l'antisémitisme n'ont pas de place chez nous", et que "Montréal est une ville de paix".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/