2 min de lecture Liban

Pourquoi le Liban doit se réformer pour survivre économiquement

Emmanuel Macron est le premier chef d'État à s'être rendu au Liban hier, avec un discours musclé. Il a appelé à "changer le système", avec un "nouveau pacte politique" à construire sur les ruines de Beyrouth.

Micro générique Switch 245x300 L'Angle Éco
>
Pourquoi le Liban doit se réformer pour survivre économiquement Crédit Image : AFP PHOTO / HO / DALATI AND NOHRA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Léa Stassinet

Le problème du Liban, c’est que son gouvernement, son système économique n’inspirent plus confiance. Le pays est en crise depuis des années, sans industrie, avec une agriculture faible, et le seul secteur qui tenait encore, le secteur bancaire a fini par perdre toute crédibilité ces derniers mois, entre l’opacité des banques et la gestion de crise à coup de taux bancaires de plus en plus élevés.

Pour résumer, l'État et la banque du Liban on fait n’importe quoi. La spirale infernale de la crise s’est accélérée. L'inflation, le prix des produits a flambé. Et au printemps, avant même la déflagration de cette semaine, 1 Libanais sur 2 vivait déjà sous le seuil de pauvreté.

Le Liban a bien tenté d’obtenir de l’aide internationale mais c’est pareil, toujours n’importe comment. En perdant toute crédibilité. Car demander de l’argent c’est une chose, encore faut-il que les prêteurs aient confiance en vous. Que l'argent soit utilisé correctement.  

En 2018, quand une aide internationale de 11 milliards de dollars (11 milliards c'est quand même pas rien), a été envisagée pour le Liban, c’était sous condition de se réformer. Pas de réforme, pas d’aide. Bon ben faute de changement politique, l’argent est resté bloqué. Encore cette année. Le Fonds Monétaire International aurait pu verser jusqu'à 8 milliards d’euros d’aide, mais après des mois de tentatives de négociations, le Fonds s’y est refusé faute d’effort du Liban.  

Un électrochoc

À lire aussi
Ziad Takieddine le 18 octobre 2010, à Paris. Liban
L'homme d'affaires Ziad Takieddine a passé 14 jours en prison au Liban

Paradoxalement, l’horreur de cette semaine pourrait créer l’électrochoc politique dont le Liban a besoin pour réformer enfin, et sortir du marasme économique. 

Mais qu’est-ce qu’il faudrait concrètement réformer pour que le Liban redevienne crédible ?Tout. Imaginez une maison à l’abandon pendant 20 ans. L’eau s’infiltre, les murs se fissurent, tout s’abîme. Ça, c’est le Liban.Le service public libanais est parcouru de marchés truqués, détournements de fonds dans les transports, l’éducation, la santé, les douanes. 

Et il faut tout repenser : la distribution d’énergie, d’eau potable, d’électricité, jusqu'au ramassage des ordures. Tous les domaines où l'État devrait jouer un rôle, tous ces domaines sont défaillants et donc à réformer.

Un audit sur le système bancaire pour commencer

Mais est-ce encore rattrapable à terme ? Par où faut-il commencer ? En tous cas le président Emmanuel Macron veut encore y croire. C’est pour ça qu’il s’est rendu hier à Beyrouth.D’abord, il faut savoir à quel point l'argent a été détourné, par un audit sur le système bancaire. Pour vérifier combien il manque dans les caisses précisément, pour au moins avoir une base de travail. Et ensuite effectivement, il va falloir assainir le système. Repartir sur des bases plus solides.  

Emmanuel Macron l’a rappelé hier, "les financements sont là, ils attendent les réformes". Alors quel rôle précisément jouera la France ? C'est encore ambigu. Le président reviendra le 1er septembre prochain à Beyrouth. Il dit se refuser à toute ingérence, mais il n’exclut pas non plus si besoin à termes, des sanctions.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liban Économie Explosions à Beyrouth
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants