1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Plan de relance européen : pourquoi Angela Merkel s'est décidée à payer
2 min de lecture

Plan de relance européen : pourquoi Angela Merkel s'est décidée à payer

ÉDITO - Le revirement de l'Allemagne, principal contributeur du plan de relance de l'UE, s'explique par des raisons idéologiques, géopolitiques et surtout économiques, selon François Lenglet.

Une enquête de la télévision danoise montre que Angela Merkel a été espionnée entre 2012 et 2014.
Une enquête de la télévision danoise montre que Angela Merkel a été espionnée entre 2012 et 2014.
Crédit : Odd ANDERSEN / AFP
Plan de relance européen : pourquoi Angela Merkel s'est décidée à payer
03:27
Plan de relance européen : pourquoi Angela Merkel s'est décidée à payer
03:27
François Lenglet - édité par Gaétan Trillat

Le fameux plan de relance européen a donc été approuvé en fin de semaine dernière, et au cœur de cette initiative il y a l'Allemagne et sa chancelière, Angela Merkel. Celle qui disait toujours "nein" a finalement dit "ja".

Après des années à refuser de payer pour aider les autres pays européens en crise, elle a changé d'avis au printemps dernier. En acceptant qu'un paquet de plus de 300 milliards d'euros de subventions soit distribué à ceux qui en ont le plus besoin après la crise sanitaire, l'Italie au premier chef. Subventions financées par les membres de l'Union, au prorata de leur poids économique, donc largement par Berlin.

C'est une révolution parce que jusqu'ici, l'Europe n'a aidé la Grèce, le Portugal ou l'Irlande qu'en leur prêtant de l'argent, qui devait être remboursé, et qui était assorti de strictes conditions sur les réformes à effectuer. Il n'était pas question ni d'aides, ni d'emprunts collectifs. Ces deux tabous allemands ont été brisés.

Idéalisme européen et intérêt commercial

En France, on attribue ce revirement au talent de notre président, Emmanuel Macron, qui aurait trouvé les mots. Cela n'a évidemment pas grand sens. Il y a des raisons objectives. Tout d'abord, Merkel est en fin de mandat, et elle ne se représentera pas devant ses électeurs. Cela la libère pour engager l'argent national au service d'une cause à laquelle elle veut œuvrer, l'approfondissement des liens en Europe.

À lire aussi

Ensuite, en aidant ses voisins, Berlin aide ses clients. Les usines allemandes expédient chaque année pour 800 milliards d'euros de biens dans la zone euro qui, prise collectivement, est de très, très loin son premier client.
 
Elle le fait donc par intérêt. En pleine première vague, au printemps, la montée du sentiment anti-européen en Italie était saisissante, surtout dans l'un des pays fondateurs. Or, l'Allemagne est, au plan économique, le premier bénéficiaire de l'Europe, qui lui garantit la stabilité monétaire sur ses marchés. Si elle veut continuer à exporter des Volkswagen sur tout le continent, il faut payer. À la racine de ce revirement, il y a donc de l'idéalisme européen et de l'intérêt commercial.

Pays leader de l'Europe

Il y a aussi un revirement géopolitique qui s’est produit sous le mandat de Trump : ses vociférations pour taxer les voitures allemandes, ses menaces de retirer d'Allemagne les troupes américaines qui y sont stationnées depuis la guerre. Tout cela a donné à penser que l'alliance transatlantique, c'était fini. Cet épisode a marqué les Allemands, et Angela Merkel en particulier. Dans un monde où s'affrontent les grandes puissances et où les alliés sont imprévisibles, il faut que l'Europe s'organise, pense-t-elle.

Et c'est à l'Allemagne de contribuer à stabiliser le continent, avec des efforts à la mesure de sa puissance. C'est la responsabilité de la première puissance européenne que de jouer collectif. Le revirement allemand, contrairement à ce que pense Paris, n'est pas la soumission tardive aux idées françaises, mais au contraire le signe que l'Allemagne se voit désormais comme le pays leader de l'Europe, avec les responsabilités qui sont associées à ce rang.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/