3 min de lecture Religions

Pédophilie : retour sur une semaine de vérité au Vatican

Le pape François doit livrer ce dimanche 24 février ses conclusions sur un sommet excepionnel de la haute hiérarchie catholique consacré aux abus sexuels du clergé.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Pédophilie : retour sur une semaine de vérité au Vatican Crédit Image : Handout / VATICAN MEDIA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier édité par Claire Gaveau

Une semaine intense au Vatican. Le pape François avait convoqué 190 évêques, religieux et religieuses venus du monde entier pour participer à un sommet sur les abus sexuels sur mineurs commis au sein de l'Église.

Pendant trois jours, ils ont discuté de leurs responsabilités, de l'urgence de rendre des comptes et du besoin de transparence. Le souverain pontife voulait absolument une prise de conscience. Montrer, toucher du doigt la douleur des victimes. Tous les jours, les évêques ont entendu des témoignages poignants, glaçants, terrifiants d'enfants abusés. Des adultes aujourd'hui aux vies brisées.

Comme le montre le témoignage de ce jeune Chilien, qui a pris la parole pendant la cérémonie pénitentielle, le rite catholique observé par les évêques. "Quel que soit l’abus, c’est la plus grande humiliation qu’un être humain puisse subir. Quand on vit l’abus, on voudrait mettre fin à tout. Ce qui fait le plus mal, c’est la certitude que personne ne te comprendra", a-t-il déclaré alors qu'il jouait quelques notes de Bach.

Quel que soit l’abus, c’est la plus grande humiliation qu’un être humain puisse subir

Un Chilien, victime d'abus sexuel au sein de l'Église
Partager la citation

Le Pape a ensuite pris la parole : "Pendant trois jours nous avons parlé, et nous avons écouté la voix des victimes qui ont survécu aux crimes, des jeunes qui ont souffert dans notre Église. Pour pouvoir aller de l'avant, avec courage, nous devons dire 'Père j'ai péché'".

À lire aussi
Pretre dans une eglise (illustration) religions
Pédophilie dans L'Église : le diocèse de Lyon met en ligne un site de prévention

Et les évêques, d'une seule voix, ont confessé qu'ils n'avaient pas été à la hauteur de leurs responsabilités. Avant de venir ici cette semaine, certains d'entre eux n'avaient pas cette expérience de rencontre avec des victimes d'abus sexuels, notamment chez les religieux asiatiques et africains.

Mais, dorénavant, ils ont entendu et ne peuvent plus l'ignorer. Tout le monde est concerné. Il faut un changement général de mentalité. Pour cela, le Pape avait donné une feuille de route aux évêques, avec plusieurs des pistes de travail.

La création de structures spécifiques

Et autant dire que ces quatre jours ont été particulièrement actifs avec pas moins de trois conférences par jour, suivies de séances en petits groupes pour échanger des avis et faire de propositions. Mais alors, quelles sont les idées évoquées pour faire face à cette situation d'abus sexuels au sein de l'Église catholique ?

D'abord, pour les victimes, la création de structures bien identifiées qu'on peut contacter pour se signaler ou encore la création de cellules d'écoute avec des professionnels pour assurer un soutien et un accompagnement.

Une évaluation psychologique

Autre sujet abordé, la question des procédures afin qu'elles soient plus claires pour les victimes. Il est alors question de réformer le secret pontifical, de revoir les règles de confidentialité. L'évêque est en première ligne, il a déjà à sa disposition les moyens d'engager des procédures contre un prêtre, mais ce n'est pas toujours fait... Un guide pratique, un vade-mecum, sera publié prochainement pour tout mettre à plat.

Il a également été répété qu'il fallait absolument signaler les abus présumés aux autorités judiciaires. Mais alors, quand l'évêque est mis en cause pour non-dénonciation, quelle sera la procédure ? Là aussi, il y a un besoin de procédure claire et précise.

Enfin, la question du rôle des femmes et des laïcs a également été abordée afin de leur donner une place plus importante. Et ce, notamment dans les cellules d'écoute et dans les formations des séminaristes. Des candidats à la prêtrise qu'il faudrait soumettre à une évaluation psychologique, histoire d'éviter de faire entrer des loups dans la bergerie.

On est tous désireux que les choses avancent

Monseigneur Pontier
Partager la citation

Cette semaine de vérité va s'achever ce dimanche avec un discours de clôture du pape François, qui a réclamé des mesures concrètes et efficaces lors du coup d'envoi de ce "séminaire". Le souverain pontife pourrait dès lors annoncer les grands axes, sans pour autant donner les détails des mesures. Les onze groupes de travail ont en effet remis leur synthèse samedi soir, il faudra donc attendre encore un peu afin d'obtenir les mesures concrètes.

"Il faut laisser le temps au Saint-Père et à ses conseillers de voir ce qui relève de Rome et ce qu'ils veulent rapatrier peut-être dans les compétences des conférences épiscopale, et ça va prendre un peu de temps (...) On est tous désireux que les choses avancent. Il y a une urgence, parce qu'on est déjà dedans quoi, on y est, on y va, on ne laisse pas refroidir... Sinon la tiédeur va reprendre", a réagi Monseigneur Pontier, qui représentait la France.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Religions Église Vatican
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants