2 min de lecture États-Unis

"Pas de guerre contre l'Iran" : des manifestants défilent aux États-Unis

Des manifestants se sont rassemblés ce samedi 4 janvier à Washington, New York et à travers les États-Unis après la frappe américaine qui a tué le puissant général iranien Qassem Soleimani.

Des manifestants à Washington contre la guerre en Iran
Des manifestants à Washington contre la guerre en Iran Crédit : ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

"Pas de guerre contre l'Iran", "les USA hors du Proche-Orient", les Américains ont montré leurs colère ce samedi 4 janvier à Washington, New York et à travers les Etats-Unis après la mort du général iranien Qassem Soleimani, dans une frappe américaine. Devant la Maison Blanche, ils étaient environ 200 à se rassembler à l'appel d'organisations de gauche. Derrière le mot d'ordre "Retrait des USA d'Irak maintenant ! Et pas de guerre et de sanctions contre l'Iran !", elles avaient convoqué ces manifestations dans quelque 70 villes.

"Nous ne permettrons pas que notre pays soit entraîné dans une autre guerre inconsciente", a lancé l'un des organisateurs à la petite foule, qui s'est ensuite dirigée vers l'hôtel Trump, non loin de la Maison Blanche. "Besoin de détourner l'attention ? Déclenchez une guerre", pouvait-on lire sur la pancarte brandie par Sam Crook, âgé de 66 ans, qui se disait "inquiet".

"Ce pays est entre les mains de quelqu'un qui n'est pas stable mentalement, Donald Trump", a-t-il déclaré à l'AFP. "J'ai peur qu'il déclenche par inadvertance - je pense qu'il ne le veut pas vraiment - une véritable déflagration au Proche-Orient".

Des rassemblements dans tout le pays

Sur Times Square, à New York, les manifestants ont défilé en brandissant aussi des panneaux appelant à ne pas entrer en "guerre contre l'Iran" et à retirer les troupes américaines d'Irak. "La guerre n'est pas une stratégie de réélection", pouvait-on lire sur un panneau. Des rassemblements étaient également organisés samedi à Chicago devant l'immeuble Trump Tower ou encore à Los Angeles.

À lire aussi
Coronavirus États-Unis
Biden estime que la Covid-19 fera plus de 600.000 morts aux États-Unis

C'est une frappe ordonnée par Donald Trump qui a tué vendredi à Bagdad le puissant général iranien Qassem Soleimani et l'homme de l'Iran en Irak, Abou Mehdi al-Mouhandis. La communauté internationale redoute désormais une déflagration, après une escalade verbale et des appels à la vengeance. Washington a annoncé le déploiement de 3.000 à 3.500 soldats supplémentaires dans la région.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Iran Donald Trump
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants