5 min de lecture Portrait

"Once Upon a Time... In Hollywood" : qui était Charles Manson, le gourou d'Hollywood ?

PORTRAIT - De nouveau sous les projecteurs après la sortie du 9e film de Quentin Tarantino, Charles Manson était le gourou de la "Manson Family" et l'un des criminels les plus dangereux des États-Unis. Attention SPOILERS.

Charles Manson et Damon Herriman (son interprète dans "Once Upon a Time... In Hollywood")
Charles Manson et Damon Herriman (son interprète dans "Once Upon a Time... In Hollywood") Crédit : UPI / AFP / Capture d'écran Youtube
Paola
Paola Guzzo et Martin Planques

De retour sur le devant de la scène grâce à Once Upon a Time... In Hollywood, le 9e film de Quentin Tarantino et à son apparition dans la série Mindhunter, l'histoire de Charles Milles Scott Manson continue d'être étudiée. Celui qui était parfois surnommé "le démon d'Hollywood" est un homme qui voulait être musicien, et qui a fini gourou d'une secte, la "Manson Family" et tueur en série.

Dans son film, le réalisateur de Pulp Fiction n'appelle pas le gourou par son nom. L'homme qui a fait frissonner le monde par l'horreur des crimes qu'il a commandités ne fait qu'une apparition dans Once Upon a Time... In Hollywood. Le psychopathe, incarné par Damon Herriman, se rend seul dans la demeure du 10.050 Cielo Drive, en pensant arriver chez Terry Melcher, un producteur de musique. Seulement, celui-ci a déménagé et il découvre alors que la maison est dorénavant celle de Sharon Tate et de son mari, Roman Polanski

Plus tard dans le film, le spectateur accompagne Brad Pitt au sein de la "Manson Family", la fameuse secte créée par Manson. Mais là encore, le public ne le sait pas. La plongée au cœur de l'inquiétante communauté de pseudo "hippies" de Spahn Ranch ne montre pas grand-chose du mode de vie des adeptes du criminel, à part qu'il y avait une majorité de femmes, et qu'ils organisaient des balades à cheval dans les environs.

Tout au long du film, Quentin Tarantino dissémine des éléments tirés de l'histoire vraie de Sharon Tate et de la secte de Charles Manson, mais le criminel n'est pas dépeint en profondeur. Pour mieux comprendre "l'incompréhensible", retour sur la vie de ce psychopathe amateur de musique

Un petit délinquant devenu gourou psychopathe

À lire aussi
Aurélien Taché, député REM du Val-d'Oise le 10 septembre 2018 La République En Marche
Aurélien Taché : qui est le député, électron libre de la majorité ?

Né le 12 novembre 1934 à Cincinnati, dans l'Ohio, alors que sa mère n'a que 16 ans, le jeune Charles ne connaîtra jamais son père. Son enfance est chaotique, c'est un enfant violent et dès l'adolescence, il est placé dans une institution pour garçons où il tombe dans la délinquance. En 1955, à l'âge de 21 ans, il est condamné à cinq ans d'emprisonnement pour vol de voiture, mais bénéficie d'une libération conditionnelle.  

Il tente de "se ranger" en épousant Rosalie Willis, mais un an plus tard, il est de nouveau condamné pour le même délit. Il apprend en prison qu'il a un fils, mais Rosalie demande le divorce et part avec l'enfant. Libéré pour bonne conduite, il est ensuite de nouveau emprisonné pour différents délits. En 1967, il demande même à rester derrière les barreaux, mais sa demande est rejetée. 

Une "prophétie" tragique fortement liée à la musique

C'est à ce moment, en pleine période "hippie" et alors qu'il se passionne pour les Beatles, qu'il fonde sa "famille", autour d'une prophétie inspirée des chansons du groupe mythique. Le délinquant sombre alors dans une folie de plus en plus profonde. Il interprète le White Album des Beatles (sorti en 1968) d'une façon tragique, en imaginant certaines chansons comme des raisons pour lui de tuer, comme si les Beatles s'adressaient directement à lui. Sur les lieux des meurtres, les enquêteurs retrouvent les mots "piggies", "rise" et "helter shelter" écrits en lettres de sang, toutes des références à des chansons des Beatles.

Selon le documentaire de Tom O'Dell qui lui est consacré, les Beatles changent la vie de Charles Manson, qui passe d'aspirant proxénète à musicien en herbe. En prison, il rencontre le producteur Phil Kaufman, qui estime que le jeune à du talent. À leur sortie, il présente Manson à des gens "respectables de la musique" mais entre les États-Unis d'avant son entrée en prison et ceux d'après, dans un contexte de guerre du Vietnam, de hippies et de sectes, Charles Manson est perdu, et commence à développer sa propre "philosophie".

Par la suite, il séduit un petit groupe de fans, puis quitte San Francisco pour Los Angeles, car c'est là où il faut être pour devenir "une rock star". Comme le raconte Billboard, en 1968, Dennis Wilson, le batteur des Beach Boys, prend deux membres de la Manson Family en stop et les dépose chez elles. Il devient alors très ami avec le gourou, mais aussi son "mentor musical". Manson côtoie alors de nombreux musiciens dont Neil Young ou encore Steven Stills du groupe Crosby, Stills and Nash. 

Dennis Wilson reprendra par la suite une des chansons de Manson, en changeant les paroles, Never Learn Not To Love. Pour cet affront, il recevra une balle de la part du gourou par la poste. Mais grâce à ces liens, Charles Manson parvient à rencontrer le producteur Terry Melcher et se mettre à le fréquenter. 

>
Never Learn Not To Love
>
Charles Manson - Look At Your Game Girl

La "Manson Family" : la secte meurtrière

La communauté de Charles Manson, composée surtout de femmes, vit en marge de la société. Sans argent, ils se débrouillent en récupérant de la nourriture récemment jetée dans les bennes à ordures. Le gourou a des enfants avec un certain nombre de ses adeptes et la drogue y est toujours présente. 

Des célébrités comme Dennis Wilson (des Beach Boys) et le producteur Terry Melcher lui rendent même visite, jusqu'à ce que Melcher finisse par l'écouter. Lorsque ce dernier refuse de le produire, Manson est anéanti. Énervé, il va le  chercher dans son ancienne maison, occupée par Sharon Tate. S'il ne le retrouve pas, il croise tout de même le regard de l'actrice, avant de repartir et planifier la suite des événements, meurtriers.

Mais à la fin des années 1960, alors que la Manson Family vit à Spahn Ranch, Manson ordonne à ses disciples de tuer les habitants de quartiers chics et blancs de Los Angeles, dans l'espoir de déclencher une guerre raciale. Parmi les victimes, Sharon Tate, la femme du cinéaste Roman Polanski, alors âgée de 26 ans et enceinte de huit mois et demi. Sur ordre de Charles Manson, qui n'est pas présent, Susan Atkins, Charles "Tex" Watson et Patricia Krenwinkel commettent le meurtre. La série de meurtres fomentée par le gourou, profondément raciste, aurait également été organisée pour provoquer l'avènement d'une lutte entre Blancs et Noirs surnommée "Helter Skelter" en référence au titre des Beatles, d'après le documentaire diffusé sur Arte.

Présenté lors de son long procès comme un fou solitaire doté d'une capacité de persuasion impressionnante, Charles Manson sera condamné en 1971 à la peine de mort aux côtés de quatre de ses disciples. Les peines de prisons seront commuées en prison à vie. Il fera douze demandes de libération conditionnelle, toutes rejetées. 

Le gourou psychopathe est mort en prison le 19 novembre 2017. S'il est connu pour avoir commandité le meurtre d'une des actrices les plus en vue d'Hollywood, l'histoire de l'homme qui a en a séduit plus d'un par son charisme continue d'horrifier, et de fasciner, au point d'être représenté dans de nombreuses œuvres de fiction, comme Once Upon a Time... in Hollywood ou encore Mindhunter.

>
Charles Manson - Cease to Exit
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Portrait États-Unis Cinéma
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants