5 min de lecture People

Roman Polanski: "Je suis devenu un fugitif pour fuir l'injustice"

REPLAY - Écoutez ou réécoutez l'émission présentée par Jean-Alphonse Richard consacrée à la vie Roman Polanski.

came´ra- Confidentiel Confidentiel Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
Roman Polanski : 'Je suis devenu un fugitif pour fuir l'injustice Crédit Image : Laurent EMMANUEL / AFP | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Emilien Vinee

Rajmund Roman Thierry Leibling, pas encore Polanski, est né avant guerre au numéro 5 de la rue Saint Hubert à Paris. A 12 ans, il  aura connu le pire et sera déjà un homme.


Le père de Roman Polanski,  Ryszard, est un juif polonais venu chercher fortune dans la capitale française. Il est artiste peintre mais n'a pas beaucoup de talent. Pour éviter d'être pointé du doigt comme juif, il a changé son nom de famille  en Polanski. La mère de Roman, Bula, est une Russe, belle et élégante, qui a déjà une petite fille, Annette, d'un premier mariage. Il se retrouve, à l'âge de trois ans à Cracovie. Ils sont rentrés en Pologne avec l'espoir d'y connaître des jours meilleurs. Sans se douter qu'il viennent alors de se jeter dans la gueule du loup.

Les tours de manège et de balançoires, les premières sorties au cinéma: la vie légère d'un enfant ne dure qu'un temps pour Roman Polanski. La  guerre, l'invasion allemande, la peur le rattrapent comme tous les petits Juifs de son âge . Et sans prévenir, l'enfermement dans le quartier de Podgorzé à Cracovie, le ghetto. Le 14 février 1943, sa mère Bula, est arrêtée, déportée à Auschwitz où elle sera gazée quelques jours plus tard. Sa demi soeur Annette puis son père Ryszard, seront également déportés mais reviendront à la fin de la guerre.


Il a échappé miraculeusement à la dernière rafle.Il a fui le ghetto sans réfléchir, avec un garçon de son âge. Une famille catholique le cache. Une autre l'héberge en pleine campagne où il joue les garçons de ferme. Il se présente à la Radio d'Etat polonaise qui recherche des enfants acteurs. Polanski a treize ans et un culot infernal. On ne voit que lui malgré sa toute petite taille. Il triomphe dans Le Fils du Régiment, premier film avec Andrejz Wajada à 19 ans.  

À lire aussi
La statue des Emmy Awards séries
Emmy Awards 2019 : comment suivre la cérémonie en France ?

A 26 ans, c'est un acteur bourré de talent, le cinéma polonais est prêt à lui dérouler le tapis rouge. Et il s'affiche avec une starlette locale qui plaît beaucoup à la presse du coeur. Barbara Lass est une jeune actrice de 18 ans qu'on surnomme la  "Sophia Loren polonaise". Barbara Lass sera la première épouse, complètement oubliée, de Roman Polanski. Mariage de jeunesse, tout aussi insouciant qu'éphémère. Au bout de deux ans, Barbara quittera Roman pour suivre un acteur allemand.


Polanski se sent à l'étroit dans ce pays où faire un film n'échappe jamais au regard aiguisé des autorités. Le cinéma lui a permis de laisser le ghetto de Cracovie derrière lui, le cinéma va lui permettre de marcher vers l'Ouest, où tout semble permis. Son premier long métrage le Couteau dans L'Eau séduit la critique anglaise, et tape dans l'oeil des Américains. Le film est nommé aux Oscars et fait la couverture du magazine Time. Hollywood est encore loin mais Paris et Londres l'accueillent. Rien ne résiste à Polanski, qu'il s'agisse des scénaristes, des producteurs ou des actrices. Il a remarqué Catherine Deneuve sur le tournage des parapluies de Cherbourg.


En ce milieu des années 60, Roman Polanski est donc le jeune homme à la mode du cinéma. Il s'amuse et travaille entre l'Europe et l'Amérique. A Londres, Polanski fait passer des auditions pour son dernier projet cinématographique, le Bal des Vampires. Le producteur Martin Ransohoff veut absolument obtenir un rôle pour sa protégée : Sharon Tate. Polanski ne veut pas entendre parler de cette Sharon Tate. Il refuse de la voir, elle insiste. Elle finit par décrocher le rôle. Ils deviennent amants puis amoureux. Roman Polanski et Sharon Tate se marient à Londres le 20 janvier 1968.  
Le 9 août 1969, la jeune femme est retrouvée éventrée dans la luxueuse maison du couple sur les hauteurs de Hollywood. Quatre autres personnes ont été tuées. Les assassins sont des hippies qui habitent un ranch perdu dans la
Colline. On les appelle la Famille et leur chef de file est un certain Charles Manson. Roman Polanski rentre de Londres en urgence. Sa vie vacille.  
On décrit  la vie dissolue du jeune réalisateur, comme s'il avait sa part de responsabilité dans la tuerie. Le tout Paris adopte sans retenue son enfant terrible et sulfureux, sourire espiègle mais rares interviews. C'est donc décidé, Roman Polanski se plait à Paris et ne remettra donc plus les pieds en Amérique. Son ami Jack Nicholson va pourtant le convaincre de revenir. Le temps d'un tournage, celui de Chinatown. Mais Roman Polanski est maudit. Un nouveau voyage en Californie, va signer sa troisième mort.


Au mois de mars 1977, dans la maison vide de Jack Nicholson, Roman Polanski, 43 ans, invite une adolescente de 13 ans pour une série de photos pour le magazine Vogue. Il boivent du champagne et prennent des comprimés. Polanski va abuser de la jeune fille. Accusé de viol sur mineure, sodomie et administration de stupéfiants, il se retrouve en prison pour 90 jours.Trente ans après le viol, un juge californien va même ressortir le mandat d’arrêt international alors que le réalisateur est en Suisse. Extradition demandée : sept mois de résidence surveillée sous bracelet électronique. Après un long suspense judiciaire, la Suisse refusera de le livrer aux Etats-Unis. Roman Polanski écrira à Samantha Geimer pour s'excuser. Mais quatre femmes jusque là anonymes, dont l'ancienne actrice allemande Renate Langer, font ainsi surface pour accuser Roman Polanski d'agressions sexuelles, alors qu'elles n'étaient que des adolescentes. Resurgira aussi cette liaison supposée avec Nastassja Kinski, quinze ans, fille de l'acteur Klaus Kinski. Nastassja Kinski sera son actrice dans Tess et défendra toujours Polanski.  


Il faudra que Polanski attende ses 70 ans  pour qu'il se réconcilie enfin avec les fantômes de l'enfance. Il tourne la plus intimiste de ses confessions, sur ses années de ghetto, Le Pianiste. Palme d'Or à Cannes et Oscar du Meilleur Film pour lui. Entre temps, Roman Polanski aura refait sa vie. Un soir, il a croisé une jeune mannequin et comédienne débutante : Emmanuelle Seigner est une beauté diaphane et mystérieuse. Roman Polanski affirme qu'il n'a eu que deux femmes dans sa vie, Sharon Tate et Emmanuelle Seigner.  


A force de danser avec le pire, et d'escalader l'échelle du chagrin, Roman Polanski a appris à ne jamais se lamenter. Roman Polanski est persuadé que sa vie fut à l'envers. "Heureusement  que ce fut dans cet ordre" dit-il. Le bonheur, pour lui, était à la fin."

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
People Biographie Roman polanski
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants