1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Londres : le corps d'une femme disparue identifié, un policier inculpé
2 min de lecture

Londres : le corps d'une femme disparue identifié, un policier inculpé

Un policier a été inculpé d'enlèvement et de meurtre vendredi à Londres après l'identification du corps d'une jeune femme disparue depuis le 3 mars.

Des fleurs et des messages de condoléances après la mort de Sarah Everard à Londres
Des fleurs et des messages de condoléances après la mort de Sarah Everard à Londres
Crédit : GLYN KIRK / AFP
William Vuillez
William Vuillez
Journaliste

C'est une affaire qui suscite une vive émotion au Royaume-Uni. Le 3 mars dernier, Sarah Everard, 33 ans, avait rendu visite à des amis à Clapham, dans le sud de Londres, et rentrait chez elle à Brixton, à environ 50 minutes de marche, lorsqu'elle a disparu vers 21h30. Mercredi, le corps de la victime avait été découvert dans un bois. Ce corps a été formellement identifié vendredi et un policier Wayne Couzens, 48 ans, a été inculpé a annoncé la police métropolitaine de Londres. 

Le parquet a confirmé dans un communiqué que le suspect avait été inculpé "pour enlèvement et meurtre". Wayne Couzens, qui sera présenté à un juge samedi, avait été arrêté mardi soir dans le Kent (sud-est de l'Angleterre), où il vit et où le corps de la victime avait été découvert. 

Le policier inculpé pour le meurtre est également soupçonné d'exhibition sexuelle. Saisie, la police des polices (IOPC) a indiqué jeudi qu'elle déterminerait si les forces de l'ordre avaient traité de manière "appropriée" ces faits, qui auraient eu lieu dans un fast-food londonien le 28 février, quelques jours avant la disparition de Sarah Everard.

Vive émotion au Royaume-Uni

Citée dans un communiqué de la police, la famille de la victime a décrit une jeune femme "forte", "enjouée et belle", "gentille et attentionnée". Wayne Couzens avait rejoint la police londonienne en septembre 2018. Il faisait partie depuis février 2020 d'une unité armée et en uniforme chargée de protéger les ambassades et autres représentations diplomatiques, a précisé la police.

À lire aussi

L'affaire a soulevé une vive émotion au Royaume-Uni. Jeudi, une députée, Jess Phillips, avait lu devant la Chambre des communes les noms des 118 femmes victimes de meurtre l'an dernier dans le pays. Dans un tweet, le Premier ministre Boris Johnson s'était dit "choqué et attristé" par cette affaire, et avait appelé à "travailler rapidement pour trouver toutes les réponses à cet horrible crime".

Des associations ont appelé à plusieurs veilles samedi à la mémoire de Sarah Everard. Mais la police a averti que ces rassemblements seraient illégaux en raison des restrictions sanitaires, et que les organisatrices risquaient une amende de 10.000 livres Sterling (11.600 euros).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/