2 min de lecture Dubaï

Dubaï : Londres demande des preuves de vie de la princesse Latifa

Dans une vidéo, la princesse se dit enfermée dans une "villa transformée en prison".

Une vue de Dubaï, le 23 mai 2015 (illustration)
Une vue de Dubaï, le 23 mai 2015 (illustration)
Jérémy Billault et AFP

Le chef de la diplomatie britannique a demandé mercredi 17 février des preuves de vie de la princesse Latifa, la fille du souverain de Dubaï, qui dit être retenue en "otage" et craindre pour sa vie dans des vidéos diffusées par la BBC et Sky News. "Ce sont des images très pénibles, un cas très difficile. Et je pense que c'est inquiétant", a déclaré Dominic Raab sur Sky News. "Les gens voudraient (...) la voir en vie et en bonne santé, (...) et nous serions certainement heureux de cela", a-t-il ajouté.

Cette affaire "nous préoccupe", a déclaré le Premier ministre Boris Johnson à des journalistes "mais la Commission des Nations Unies sur les droits de l'homme se penche là-dessus et ce que nous allons faire, c'est attendre de voir comment ils avancent".

La princesse de 35 ans, fille de Mohammed ben Rached al-Maktoum, dirigeant de l'émirat de Dubaï et Premier ministre des Émirats arabes unis, avait en vain tenté de s'évader en bateau de cette cité-Etat du Golfe en 2018, avant d'y être ramenée.

Une "villa transformée en prison"

Ses proches ont transmis des vidéos dans lesquelles la trentenaire dit être enfermée dans une "villa transformée en prison" aux fenêtres condamnées et gardée par des policiers. Ils disent ne plus avoir de nouvelles d'elle. "Je m'inquiète tous les jours pour ma sécurité et pour ma vie (...) la police m'a dit que je serai en prison toute ma vie et que je ne reverrai plus jamais le soleil", y affirme Latifa.

À lire aussi
médias
Dubaï : qui est la princesse Latifa, qui serait retenue en "otage" ?

À la suite de la diffusion du reportage, un porte-parole de la Haut-commissaire aux droits de l'homme des Nations unies a indiqué à la BBC qu'elle interrogerait les Émirats arabes unis au sujet de la princesse. Dominic Raab a jugé que c'était la "bonne marche à suivre" et que Londres "surveillera ça de très près".

Detained in Dubai, association basée à Londres et dont l'objectif est d'aider juridiquement les victimes d'injustices aux Émirats, a jugé "profondément préoccupant" le fait que le dernier enregistrement vidéo de la princesse "semble avoir été fait en 2019, et qu'il n'y ait eu aucun mot de Latifa depuis lors".

"Les Émirats arabes unis doivent la libérer immédiatement et sans conditions"

"Les Émirats arabes unis doivent la libérer immédiatement et sans conditions", a martelé Radha Stirling, la présidente de l'organisation dans un communiqué. En mars 2020, la justice britannique avait statué que le dirigeant de l'émirat de Dubaï avait commandité l'enlèvement de deux de ses filles, Latifa ainsi que Shamsa.

À 18 ans seulement, cette dernière avait tenté de fuir son père en 2000 pendant qu'elle était en vacances en Angleterre. Selon le récit de Latifa, la jeune fille a été retrouvée après deux mois de fuite, "droguée", ramenée à Dubaï et "enfermée".

La justice britannique s'était prononcée dans le cadre d'une procédure opposant l'émir de Dubaï à la princesse Haya. Devenue en 2004 la sixième épouse du souverain émirati, cette dernière avait créé la sensation en 2019 en s'enfuyant à Londres, emmenant leurs deux enfants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Dubaï Royaume-Uni Faits divers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants