1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Liban : pourquoi le choléra fait-il son retour dans le pays ?
1 min de lecture

Liban : pourquoi le choléra fait-il son retour dans le pays ?

REPORTAGE - Le choléra a refait son apparition au Liban début octobre, pour la première fois depuis 1993, alors que les infrastructures s'effondrent dans le pays en proie à une crise socio-économique sans précédent.

Des patients infectés par le choléra dans le district d'Akkar, au nord du Liban, le 26 octobre 2022.
Des patients infectés par le choléra dans le district d'Akkar, au nord du Liban, le 26 octobre 2022.
Crédit : Ibrahim CHALHOUB / AFP
Liban : le choléra fait son retour
00:02:24

Le Liban, déjà en proie à l'une des pires crises économiques au monde, est désormais touché par le choléra. Les premiers cas sont apparus en octobre, dans la foulée de l'épidémie qui sévit en Syrie. 

Cette maladie qui déclenche vomissements et diarrhées peut être mortelle en l'absence de traitement. L'OMS a déjà enregistré 2.700 cas et une vingtaine de morts. Les autorités craignent une épidémie à grande échelle et ont commencé à vacciner dans les régions les plus touchées. 

Glacière sous le bras, Rima volontaire d’une ONG libanaise sillonne les villages de l'Akkar épicentre de l’épidémie Assise sur une chaise en plastique, Chérine 21 ans vient d’avaler sa première dose : "J’ai entendu dire que beaucoup de gens meurent à cause de vomissements, ils sont déshydratés. J’ai fait le vaccin pour ne pas finir comme eux. C’est pour ça." 

À côté d’elle, Fatmé est venue avec ses huit enfants, "pour qu’ils aient une meilleure unité. On n’a pas les moyens d’aller à l’hôpital". 

Comment expliquer une telle épidémie ?

À écouter aussi

Dans cette région frontalière de la Syrie, l’État libanais ne fournit pas d’eau potable, ni d’électricité, les égouts se déversent dans la nature et les déchets ne sont pas ramassés. 
Résultat : les cours d’eau sont pollués. Mais ici pas question d’acheter de l’eau en bouteille, 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté et doit se contenter de sources contaminées pour les besoins quotidiens.  

Dans le village le plus proche, le maire, Omar El Hayek, est impuissant. "Les habitants boivent l’eau du puits et cette eau est parfois polluée", explique-t-il. "Cette eau, les gens l’utilisent pour tout, pour boire, se laver, cuisiner… Ils n’ont pas le choix. Il faut traiter les eaux usées qui sont la principale source de pollution et l’État doit nous fournir de l’eau qui soit propre à la consommation.  Pour enrayer l’épidémie, les Nations Unies et l’OMS ont lancé des appels d’urgence aux dons.  

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.